REPRENDRE SA VIE EN MAIN

Chacun doit reprendre sa vie en main

D’où qu’il soit

D’où qu’il vienne

Reprendre sa vie sans la haine

Regarder en soi où ça a buggé

Où on s’est laissé transfuser du sang avarié

Empli de rancoeurs de doutes et de sanglots tués.

Osons être

Sans tuteur  et sans Maître

Osons être

Le silence nous susurre à l’oreille tant de mots doux

Nous accorde tant de rendez-vous avec ce qui bat fort et vrai en nous

Ne le renvoyons pas d’une baffe dans les baffles d’un western mou.

Allons au-delà de nos obésités mentales

Allons au-delà des cathédrales de nos rêves scénarisés par le métal

Allons au-delà des combats externes

Allons au-delà

Respectons-nous.

Dans chaque mot, chaque regard, chaque geste.

Respectons-nous.

A chaque seconde, jusqu’à la dernière.

A chaque inspir, chaque expir, donnons le meilleur de nous.

Et les « choses » bougeront, insensiblement, irrémédiablement, autour de nous.

Camille A.

Publicités

Un bain de douceur…

Douceur. Silence.

Densité de Vie…

Si ce documentaire passe non loin de chez vous, allez-y.

Un pas après l’autre, allez-y.

Inspir, expir, allez-y.

 

 

La salle ne s’est pas levée de suite, mécanique …

Les êtres étaient encore intensément présents à leur présent quelques secondes, quelques minutes encore….

Paix. Joie

Merci.

 

Camille

Après l ‘Egypte

Après l ‘Egypte, une évidence: nous sommes tous des temples.
Vivants, vibrants.
Recelant des cryptes sonores, des goulots d’étranglement, des essoufflements.
Des renoncements.
Des recommencements toujours verts.
Des tombeaux ouverts…
Des mystères.
Des allongements sur pierre.
Des essors.
Des trésors.
« Abrutie de lumière, comme prise au lasso, je me laisse défaire de tous mes oripeaux… »
Laisser être
Ombre et lumière
Larme et paupière.
Phare repère
Ephémère.
Omission, rêve évolution.
Rédemption.
temple
Laisser être.
Camille

Merci M’sieur!

 

Le feu la gueule

La classe l’errance

La folie

L’au bout du bout de la nuit

 

 

Ces airs qui te suivent toujours

Vaporeux,

Entêtants

L’audace l’innocence

Le culot l’insolence

Le partage

La joie

L’amitié

Et puis comme un nuage

Passant sur tes yeux

Parfois.

L’entêtement de vivre

Ici-bas.

Merci M’sieur!

 

Camille

La Grâce incarnée

On n’y croit pas

Elle est là

Elle fait mais… si, elle le fait!

Tu ne rêves pas.

Elle est là

A trop de mètres au-dessus de toi

Elle le fait

Avec un grand sourire

Et toi , toi

Tu es là

Avec ton coeur qui bat

Pour elle

Pour cette belle vie-là

Qui danse là-haut

Si haut

Trop haut

Tu prends à tire d’ailes

Quelque poudre du Ciel

Semée par cette Déesse

Liberté

La Grâce incarnée

Mademoiselle Tatiana

 

 

Lorsqu’on a eu la chance de te voir « de près », Mademoiselle Tatiana, on ne t’oublie pas.

Tu parcours le monde sur ton fil

Défiant les pesanteurs de tous ordres

Tu es une Reine

Une vraie

Humble et sacrée.

Merci pour cet après-midi

A Saint-Jean d’Angely où toi et ta compagnie avez arrêté votre course céleste devant l’Eden .

Merci pour la Beauté

Merci pour l’Esprit.

Nul ne s’y est trompé.

Tous ont applaudi.

Tu as embrasé les coeurs avec une telle ardeur que bien après la fin de ta traversée, ils furent longs à se réveiller.

Ils furent nombreux à t’attendre, à t’applaudir lorsque tu descendis le grand escalier. Ils furent nombreux à venir se réchauffer l’âme à ton feu.

Ils furent longs à retourner chez eux.

Je crois que je dois faire partie d’eux.

J’ai des poussières d’étoiles plein les yeux.

 

Camille Arman

RIEN A JETER…

 

Réécouté l’album mythique, celui de La maison du bonheur…. 1982. Rien à jeter…

ah le biceps amoureux…

Et celle-ci, tellement d’actualité…

j’veux être ta voix pas être ton roi….

Et ce joli duo plein de tendresse…

Ton coeur  est pas encore rouillé même si…

J’ai le coeur comme une ornière…

 

Belle nuit en ballades….

Camille