Il est des jours où on se réconcilie avec le monde

Il est des jours où on se réconcilie avec le monde. Pour moi ce fut ce mercredi 14 Août. Un air plus doux, une déambulation dans les rues et ruelles et venelles et passages de Saintes.

Un accompagnement de jeune fille en partance pour le grand Sud, une attente de train sans impatience, un au-revoir joyeux. Un longement d’avenue, un arrêt aux églises. Un regard sur nos contemporains qui déambulent eux aussi, glaces ou paninis à la main. Un café, un vent qui vient du plus profond du ventre de la Charente. Un esprit léger (ça arrive!). Au retour, des politesses entre automobilistes du style:

« Après vous Messire,

Mais non, je n’en ferai rien, gente dame »  etc..

Un truc que tu croirais que ça existe pas et pis qui existe quand même, dis donc!

Un parcours comme ceux que j’effectuais dans Paris du temps de « La Pyramide », ou dans Roma la bella…  Un parcours d’insouciance et de joie profonde.

Voilà, il faut le dire aussi: Merci la vie de nous permettre de goûter à « Tout ça », ces instants de rien qui nous remplissent d’un grand Tout!

 

Portez-vous bene!

 

Camille

Publicités

A la fin tu es las de ce monde ancien…

L’article d’hier ne voulait pas « engueuler » les déjà convaincus mais réveiller les endormis.

Flop! L’air du temps n’est pas  à la révolte mais au consensus mou. (Je vous évite les jeux de mots douteux qui me passent par ce qu’il me reste de cerveau!).

L’air du temps m »asphyxie, j’suis comme un poisson dans les rivières d’ici, ventre à l’air, , sans eau, because on arrose les maïs déjà gorgés d’eau… mais faut pas le dire, c’est pas bien, ça.

Je suis comme cette maraîchère qui se bat mais ne peut rien faire sans forage, qui voit les lois de Bruxelles et ses quotas anéantir son ouvrage, celui de son mari, de son beau-père. Durant des années, ils ont bossé, font de l’agriculture raisonnée, se sont défoncés la tronche des journées et des journées, pour qui, pour quoi?

Ou comme cet ex militant écolo usé, écoeuré par les compromis, qui ne sort plus de sa tanière…

Comme dab, je me prends ça de face (c’est pas bien, c’est pas bien!)

« C’est comme ça, on n’y peut rien, passe le message à ton voisin… Sois  tranquille, mange ta glace et regarde Honouna »

Peux pas, peux pas, peux pas….

Camille

J’vivrai dans un tipi…. ou bien?

Résultat d’une balade d’une demi-heure dans une petite ville de France….« Bon, on est en vacances Youpi! on s’en fout des rabats-joie, consommons et youplala! Sauf que ça passe pas ., visuellement, moralement, citoyennement… »

C’est quoi; ces mots? hein? Sois plus claire on comprend pas!

Heu… juste ras le bol par moment de ce cirque. De ces mots « fraternité, confiance, écologie, solidarité etc… » utilisés, galvaudés , sortis de leur contexte juste là pour te faire banquer ou déposer en temps utile un bulletin dans l’urne qui te criera bientôt : « Niqué(e)! »

Oui un retour de ras le bol contre la bêtise (même si la mienne je la vois pas gnananananana!!), les faux gentils, les satisfaits du pantalon, le triomphe de la médiocrité (même si la mienne je la vois pas gnananananana!!).

En 1981, quand j’ai vu un crane triompher d’un autre, j’ai cru au renouveau, tout allait changer, être plus beau. Fini les inégalités, le triomphe du fric et de l’irrespect…. Basta! Niquée la nana, et pas que moi. Tous les hurluberlus que je connaissais, les Peace and Love à la sauce Genesis, Supertramp, Téléphone etc.. Tous les Ecolos-romanticos, les refaiseurs de monde non loin du G.R 20. On y croyait. On était cons.

Maintenant, on fait sa révolution dans son coin, on médite, on se pacifie le ciboulot pour pas disjoncter. On y croit. On lit Werber, on est des fourmis hésitant entre laisser pisser, « après moi le déluge! » (« en vrai » non je peux pas!) comme les autres et soubresauts d’Etna. Remarque que les volcans quand ça se réveille ça fait des dégâts!

Mais que c’est criste, que c’est criste Venise bon sang, quand tu veux pas fumer ou te bourrer la gueule pour oublier que no futur . Exemple, hier sur une plage : » Bon, je dépose Mamie à l’église et après on va se bourrer la gueule!! Vaste programme « d’éclate » estivale!!.. Cela a toujours été, ok, mais bon… cela m’a toujours choquée qu’une vie si précieuse soit passée la tête dans le sable pétrolisé!

Marre d’être con-sensuelle. Pas dans mon sang ça! Eh Dieu, Vishnou, Brahma, que c’est dur de se rogner les ongles et les ailes pour essayer d’être qui t’es pas !

Faut que ça bouge, que ça oeuvre, que ça crée, que ça dynamise au lieu de toutouiller sans cesse sa cuillère dans un plat de soupe aux haricots froids, les yeux rivés sur des écrans plats.

Sortez les gens, sortez de vos carapaces de vos masques tordus ceux qu’on vous a vendus pour pas être qui vous êtes, en fait!

Sortez, hide in your shell, regardez autour de vous bon sang !

Arrêtez de con-summer, Soyez!

Camille, un jour d’Août.

 

If I can help you, if I can help you
Si je peux t’aider, si je peux t’aider
If I can help you, just let me know
Si je peux t’aider, fais-le-moi juste savoir

 

Un de mes narticles

Il n’est peut-être pas aisé à lire mais il est représentatif de ce qui me plaît dans ce « travail »de journalisme: mettre en lumière des hommes et des femmes qui oeuvrent pour que l’humain ne se casse pas complètement la margoulette…

J’adore ce que je fais. Lisez la presse, prenez le temps… dans les cafés, ici, c’est hyper plaisant. Achetez aussi quand vous le pouvez, partagez….Il y a des hommes et des femmes qui y croient et bossent pour que vous soyez informés des belles choses, des rencontres, des animations, des projets….

Portez-vous bene!

 

Camille Arman