Ceux qui travaillent

Vu ce film.

Subtil, profond, nuancé.

 

Une place au silence, aux regards, aux gestes épars.

De ces oeuvres qui nourrissent. Dont on ressort enrichis.

C’est le premier film d’Antoine Russbach.

Merci.

 

Camille

Publicités

OMBRE ET LUMIERE

 

Qui mieux que lui incarne à la fois la lumière la plus totale…

… et les mirages de l’ombre qui la rongent si souvent….

L’être humain dans toute sa beauté, sa folie, sa complexité….

Cette chanson de 1996 est terriblement « actuelle »:  révolte, dégoût, rebellion…

et éternelle: génuflexion, tendresse, abandon…..

 

 

Portez-vous!

 

Camille

SOURIRE

J’ai une histoire particulière avec le sourire de Reims, depuis longtemps. Ou plutôt (ouaff, ouaff!!) ce sourire a une histoire particulière avec moi. Bref, nous avons une histoire particulière, depuis longtemps, lui et moi. Et de le retrouver là, champagne à la main, aux Bénédictines de Saint-Jean lors d’une expo sur le thème du Sourire, comment dire, cela me ravit (de la crèche, pourquoi pas!)!P_20190919_143951_vHDR_Auto

Vous me direz Reims-champagne, rien que du normal! Sauf que c’est a-priori non politiquement correct d’affubler l’ange d’une coupe, sauf que… l’art a tous les droits du moment qu’il irise la vie de joie! Et là.. Comment dire ça pétille dans les mirettes, c’est encore plus contagieux!

A la vôtre!

Camille

 

Tableau de Serge Dreuilh: « elle est pas belle la vie! »

Témoignage ou les chardons ardents

Alors que Mama revient en force dans ma vie avec l’idée de rééditer voire de compiler toutes les suites du texte stockéees dans mes dossiers, je reçois cette lettre admirable et sensible plus de dix ans après la fin de l’écriture du livre. …
« Bonjour Camille,
Pourquoi avez-vous mis en couverture le banal et peu attirant : »Témoignage »  pour désigner votre texte. C’est une élégie envoûtante, un poème magnifique!
J’ai pleuré, peut-être parce que c’est de cette façon dont j’aurais aimé parler de ma mère , que j’ai perdue lorsque j’avais dix ans? Je n’ai commis sur elle que  »François L. ». C’est bien loin de la force déchirante de votre livre.
Pour la première moitié, j’avais en moi, le sentiment de tenir entre mes mains une brassée de chardons , ces si belles inventions de la nature, épineuses et offrant aux yeux attentifs des fleurs miraculeuses, roses-mauves ou d’or. L’amour absolu avec ses épines et ses miracles de don .
Et puis cela bascule, devient le récit de la rédemption déchirante, jamais tout à fait apaisée. qui pardonne à qui?
Pourquoi ce livre, on n’en parle pas comme un absolu devoir de lecture?? Votre verbe est beau, libéré, cinglant parfois, bouleversant…. je note que les hommes n’y sont pas bien venus, que votre père n’est resté qu’une plaie de l’âme, presque sans compassion…
Merci d’avoir pu donner ce beau texte à ceux qui peuvent encore avoir la faculté d’aimer et de pleurer. « 
P. L.
C’est magnifique un livre, il suffit de lui faire confiance et il rencontre ses lecteurs des années après…
Merci pour ce retour d’amour !
Tutto va bene
Camille

Populaire Locataire

Je me rends compte combien Téléphone et particulièrement Jean-Louis Aubert sont toujours populaires et repris par les jeunes générations de musiciens…

De l’illustrissime Bombe humaine à Argent trop cher en passant par Cendrillon et ce magnifique Les plages, si actuel.

Tant de gamins tournent le dos à leur mère, tendent la main et partent prendre d’assaut un bateau qui les mènera vers un Eldorado d’autant plus fou qu’il aura été fantasmé…

Et pour eux le Paradis c’est Ici…

Et pendant qu’elle flambe sous les plastiques et loustics de tous ordres, que les poissons agonisent dans tous les ruisseaux de France et d’ailleurs, un appel, un rappel. Vingt ans déjà….:

« Protégeons la Vie qui nous a portés jusqu’ici… Je sais qu’il faudra moins nous abimer, qu’il faudra moins L’abîmer…… »

Loca-terre (1989…………………………………………)

 

Et pour tous ceux qui se sentent -parfois, souvent-orphelin d’un ange… Le superbe:

 

Bella notte!

 

Camille