Aurore..

Etre créatif

Ce n’est pas forcément

Ecrire un poème, une musique,

Faire un enfant,

Un tableau, une statue…

…C’est aussi se mettre dans un état où 

La vérité peut entrer dans l’existence…

…Tout bouleverser

…Tout auréoler

Aussi.

On n’arrête pas

Degas avait raison de dire qu’« il faut décourager les arts ».

Les hommes qui doivent créer créeront en dépit de tous les obstacles.

Ce sont des hommes-fleuves : on n’arrête pas les fleuves.

On n’arrête pas la beauté en marche.

On n’arrête pas ce qui doit advenir…Nan 

De l’ordonnancement..

 

« Ordonner une cave à vin, c’est se livrer à un acte de foi dans l’avenir. »

J’aurais pu trouver ces lignes de Sansot idiotes..

Il y a peu de temps encore… 

Mais il y a des échos

Si sonores…

Parfois.

Faire péter les a-priori,

Revenir sur des certitudes,

Oser comprendre

S’interroger

C’est avancer aussi.

Pour ce faire, mieux vaut tout de même

Rencontrer une âme

Qui attend le même

Train que vous.

Qui laisse ses valises reposer

Et s’embarque

Le coeur léger

Vers une destination

Improbable

Aux yeux des autres passagers..

Note de service..

Note

-bien différente de « la notte,la notte.. »du week end à Rome de Daho Etienne, hélas !-

A mon/ mes commentateurs opposants

Violents -apparemment-

Vos nauséabondes gentillesses, je ne les lis pas!

Quand bien même serai-je masochiste, 

Un gentil médiateur de site m’évite tout émoi, 

-Au vu de mon petit coeur fragile-

Et vous envoie périr au fond de ses cachots, avec les rats jolis.

Mes doux agneaux,le printemps va faire remonter la sève pour vous aussi,( si vos canaux intérieurs ne sont toutefois pas trop encrassés de venin et de fiel),

Occupez-vous vite à aimer quelque donzelle,

(si vous savez encore ce que ce mot  veut dire),

(si vous savez encore avoir assez de soleil en votre …coeur (?))

(et ailleurs!)

 Au lieu de perdre votre temps à haïr et mépriser,

Quiconque s’évertue à penser et à écrire..

.. « En liberté !!  Yeah..!! »‘

Miss you..

Je t’ai manqué

Souvent

Dans les visages d' »Avant »

Ange blond adolescent

Beau brun évanescent

« bottés en touche »

Pour une mouche..

De rien.

« Manquer » peut être un passe-temps

Divin

Et si l’on ne disait

Plus rien..

Puisque tous nos échanges

« coulent de source »

A la verticale

A l’horizontale

Selon les lois

De la diagonale

Des fous

Devins..

Divin Bacchus dans ton repère Olympien,

« Pourquoi tu m’as visée ? »

Pourquoi, tu me disais..

J’étais bien avec les végétariens…

Enfin…

En faim, ne plus manquer de rien..

(Miss you Alain) 

Des Cons… et de la Vie

La vie aime la conscience qu’on a d’elle.
René Char..

La vie aime la confiance qu’on a en elle.

Camille

Parce que Conscience

et Confiance

« Fiance, iance.. »

(Merci écho !- des savanes ou des bureaux)

Sont soeurs jumelles..

Parfois.

Et que le « con »,

Qui n’est pas la seule propriété d’Irène,

Peut aussi vouloir dire « avec », 

Quelquefois..

Pour elle et ce qu’elle nous dit encore..

Plus encore que la beauté, la certitude de la beauté.
Michèle Desbordes (La demande)

Cette auteur(eu), décédée il y a peu, a écrit ce texte sur Camille Claudel, lorsque son gentil frère et toute sa gentille famille ont  décidé de l’enfermer suite à sa « folie « , sa passion extrême pour un être doué mais « pas à la hauteur  » d’un amour…  surdimensionné.

La création ne règle pas tout. Elle catalyse les souffrances en boules de beauté. Reste à vivre au quotidien la désespérance de n’être pas aimée. Tu n’as pas pu, ma consumée.

Oui,Camille, ne pas déserter les voies de la foi obstinée en ce qui nous dépasse et nous porte tous, si nous ne sommes pas devenus tout à fait sourds, pas tout à fait.

Du plaisir et ..

 

  • Il y a loin du plaisir à la volupté : ils se joignent quelquefois, mais ils se sentent séparément.
  • La volupté vient de l’âme, le plaisir vient des sens ; aussi tout le monde prend-il du plaisir, parce que tout le monde a des sens.
  •  Mais la volupté étant un sentiment délicat, dépendant de l’esprit et du goût, il y a les trois quarts du monde qui n’ont jamais senti la volupté.
  • …………
  • Moraliste inconnu. 
  • De la mièvrerie et de Bruce, aussi..

    Ce blog devient trop mièvre…

    Petits oiseaux et Chabada..

    Ah mais ça ne va pas du tout, ça !

    Ce blog devient un grand n’importe quoi !

    Alors qu’il y a aussi

    Parfois

    Un peu de Bruce en moi..

    Une énergie que d’aucuns prennent pour de la colère

    Qu’ils veulent réguler, toujours,

    Une force de vie phénoménale

    Qui me préserve des gouffres froids.

    Allez, man,

    Je chante avec toi

    Même si pas « born in the USA »

    Parc’qu’un pied bissé comme ça

    Ce duo d’amour avec le batteur

    Cette extase que moult galipettes n’atteignent  pas souvent

    Cette sueur mâlissime

    ça ne se refuse pas !

    Le Grand Retour

    Chamfort, encore, surligne ma vie :

    « C’est le retour d’un dossier  enterré trop vite

    Classé sans suite

    C’est le retour d’une vieille connaissance

    Qu’tu poursuis depuis ton adolescence.. »

    On n’y croit plus et soudain..

    ..Un show-man dont l’baratin casse la baraque

    Un dandy dont la voix veloutée vous envoûte…

    Surgit et bouleverse toutes vos défenses

    Avec élégance et acuité

    Et plus si affinités..

    Et si un jour..

    Et si un jour

    Il nous apparaissait

    Que toutes les souffrances endurées

    Par le passé

    Valaient

    -QUAND MÊME-

    La peine…

    Lorsqu’une aurore

     Inespérée

    Se dessine

    Et qu’il nous suffisait de la vivre

    De la déguster

    Jour après jour

    Jusqu’à la fin des temps..

    ..Impartis à chacun

    Par l’Invisible.

    J’veux bien..

    J’veux bien que le climat se réchauffe pas tant que ça.

    J’veux bien que tirer sur tout ce qui ce qui bouge soit un sport plein de virilité cachée (yo !) et de féminité libérée (ya !)

    J’veux bien que les sushis soient indispensables à l’équilibre des estomacs délicats de Lutèce

    Ou Massilia

    Qu’on se foute du sort des thons rouges, parce que merde, faut pas déconner, les thons c’est laid !

    Et qu’on tranche des ailerons de requins à vif (qui rejetés à la mer agonisent dans un océan carmin du plus pur style, inimité..) pour faire bander qui n’aime pas..

    Ca mériterait, ça mériterait..(calme toi, Camille, calme toi !!)

    J’veux bien que les écolos pur jus aient parfois des airs d’ayatollas

    J’conçois bien que c’est sacrément salaud de décréter le moindre confort pour d’autres qui sortent à peine la tête hors de l’eau pendant qu ‘on pète dans la soie..

    J’veux bien , j’conçois, mais eh mec, jusqu’où tu vas aller avec ton  » progrès », ta rentabilité, qui engraisse les trop gras ?

    Jusqu’ où : « tout va bien, ne t’en fais pas » ?

    INDIGO

    Il est des êtres qui se demanderont toute leur vie

    Ce qu’ils sont bien venus faire sur terre.

    D’autres qui se le demanderont trop tard,

    Ou à l’occasion d’un accident notoire.

    D’autres qui ne se le demanderont jamais

    (Qu’ils reposent en paix !)

    Les premiers sont touchés par l’étoile dès la naissance

    (On pourrait aussi nommer ça « malchance »)

    Et passent leur vie à se cogner au décor de carton pâte trop petit

    De la matérialité jolie

    De la médiocrité bien tempérée

    Des « pourquoi ? » les assaillent dés l’âge de la conscience

    Des « riens » les révoltent,

    Les essorent,

    Les clouent au mur du dégoût.

    Ils vivent tout trop

    Passionnato

    Changer le monde est leur déviance

    Trop percevoir leur désespérance.

    Ils emmerdent la foule qui leur crie : moderato !

    Ils sont continuelllement en danger de départ pour l’Etoile

    On les a repéré

    Et référencé.

    Comme des animaux

    On les nomme 

    Enfants indigos.

    De l’exécution

    Clip un peu convenu mais la musique, les paroles ont ce liant « magique » que j’apprécie tant chez ce chanteur énervé,

    Enervant parfois..

    Quoique..

    Aux hypersensibles, il sera beaucoup pardonné..

    Et puis les jaloux…

    « Celui qui dit la vérité, il doit être exécuté.. »

    (revoilà Guy, subtile dérision..)

    Des créateurs ..d’électricité..

    Chamfort va vendre son dernier CD sur internet  5,50 E.

    S’évertue avec finesse à durer depuis Laure..

    et encore , il lui reste quelques noms sur son carnet.. 

    Murat rame au coeur des volcans , muré dans une révolte salutaire

    Lorette Nobécourt me demande si écrire vaut encore la peine dans ce monde de la maîtrise et de l’hyper efficacité..

    « Ce n’est plus le coeur que je sache, non c’est l’âââme qu’on nous arrache.. »

    L’âme, foutaise , elle est pas côtée !!

    Pendant ce temps, Gavalda and co carracolent dans une fraternité de façade, suave à vomir (elle a toujours son quota de blacks, de blancs , de beurs  qui s’entraident, ça flashe de happy ends dégoulinants, yeah)… Ruquier en devient ridicule de consensualité (une langue « populaire n’a jamais été une langue qui se fout de la gueule du peuple..et des autres en leur vendant des pages à colorier !)

    Et encore, c’est presque le haut du panier !!

    C’est dire..

    Indigence et Ferme célébrités prolifèrent mais..

    De la nourriture, BORDEL !

    De la vraie !!!

    Pour nos cervelets ankylosés..

    Sinon on va tous crever de bêtise universelle..

    Si ce n’est déjà fait .. 

    Bon sang, il y a des jours…

    « Rame rameur ramez », comme qui disait l’autre Alain (le 3ème, j’y peux rien si leurs mamans manquaient d’inspiration, moué !)

    Un p’tit coup de papy Murat histoire de bien

    Appuyer sur la plaie autour du couteau..

    Eh oui , il y a des jours où voir tomber la neige ne me rend plus romantique

    DU TOUT !!

    Et agit sur des nerfs déjà à vifs pour cause de pas dodo

    (T’as qu’à avoir une vie saine et crever en bonne santé, bien docteur, combien j’vous doué ?)

    Assez soupé de la froidure et des fossés magnétiques

    (T’as qu’à habiter en ville !! je sais je sais..Oui mais, au printemps, quand le merle s’ébroue, j’oublie tout..)

    Murat ce sera à suivre dans le prochain billet..

    Flash dans la nuit

    « La sagesse fait durer , les passions font vivre ».

    Dixit himself en personne.

    Jamais eu raison d’avoir été raisonnable.

    Jamais.

    Alors,

    Flash dans le noir ..

    ça a des relents connus, reconnus,

    Turlututu !

    Illusion ?

    Vouloir y croire

    C’est si bon !

    Même si..

    Tais-toi !

    Laisse-toi aller..

    Et puis..

    Tu sais nager,

    Ramarrer la côte

    Et les serviettes de plage

    En cas de naufrage..

    T’es entrainée !

    Le petit train rouge

    Le petit train rouge

    Qui bouge,

    Là-bas

    Très loin,

    Si près,

    Fait des ronds dans ma mémoire

    Qui se troue

    A force de « positiver »

    Comme ils disent,

    Tous les Coué,

    A force de ne vouloir garder

    Que le bon grain

    Et virer l’ivraie

    -non l’ivresse!-

    Virer les marchandises avariées

    Les méprises,

    Les « scusi salute ! »

    Le train rouge,

    Bon Dieu

    Bon Diable

    Faites qu’il ne tourne pas en rond,

    Petit Patapon

    Faites que la voie express se libère,

    Que les rails déraisonnent

    Sans déconner.

    Tu pourrais croire..

    Tu pourrais croire

    Qu’une histoire se tisse

    Par des discussions

    Des rires

    Des balades sur les dunes

    Des effleurages

    Des attentions

    Des réunions sensuelles

    Des regards qui basculent.

    Tu peux y croire

    Mais non.

    Tout se joue « ailleurs »

    Dans des projections

    Irrémédiables.

    Alors le couperet tombe

    Et tu te découvres

    Redoutable

    Alors que tu n’es

    Que papillon

    Traçant dans l’air

    Des volutes

    Avant la chute

    Dans le formol.