version ville…


COL DE LA CROIX MORAND MURAT

Je la voyais campagne, tu la vois ville assassine……

Parce qu’il ne faut pas déserter, Jean-Louis…

Dédicaces, piano, sano, etc…

Bon, alors on communique à fond dans le 77 et au-delà !!!
Dédicaces prévues pour « Mama mia » (rien à voir avec Abba ! clin d’oeil c’est tout.. et viva Italia !)

Meaux : « Aux délices d’Ana », 7, Rue Tronchon, le samedi 13 novembre, à partir de 16 heures.
(et viva les madeleines à l’orange !)

Château-Thierry : « Toute la Presse » , Grande rue, le 20 Novembre, à partir de 10 h …

La Ferté sous Jouarre, Librairie Cyrano, Rue des Pelletiers, mercredi 15 Décembre, 10 heures..

Entretien sur TV77 prévu….

A suivre…

Qui va piano va sano…

Murat

Tu arrives au concert,

Petite salle « improbable »,

Perdue au coeur de la cité du cousin de Sarko,

Petite salle cocon rouge,

Sympa.

Dehors, il fait froid.

Tu n’as pas forcément bien dormi,

Ou bien une ancienne fatigue te taraude.

Tu reviens d’une journée riche mais prenante

Tu as rencontré des gens qui aiment lire,

Alors forcément…

Tu viens d’échapper à un accident.

Tu attends.

Tu vois les instruments vides.

Tu attends.

Tu scrutes les gens autour,

Dans le velours.

Tu te dis : »Donc, ils aiment ce type, comme moi.. »

Tu es surprise par certains visages..

Tu n’aurais pas pensé..que « ces gens_là »..

Tu aimes bien cette surprise…

Elle décolle des préjugés,

Toujours.

Ceux qui arrivent à s’insinuer

Malgré ta vigilance..

De rate des champs.

Forcément, au bout d’un moment,

Il arrive.

Paye pas de mine,

Pull, jean.

Polly :

« Bonsoir, mesdames, bonsoir messieurs »

Mise pas une bille sur ses yeux bleus

Qu’il ferme du mieux qu’il peut..

Sur ses cheveux

Qui lui mangent le reste du visage ..

Mais alors,

Mais alors,

Dés qu’il pose ses lèvres contre le micro….

Les amis..

La magie est là.

Les filtres,

Les machins à tirer des octaves à Vanessa ,

Il s’en…

Et c’est très bien comme ça.

Pur lait, pur sucre ,

« Le ramasseur de myrtilles » selon,

Selon qui, déjà ?

Un triste sire en asse, qui trépasse déjà..

Moi, c’est les mûres que je ramasse

,Et je pense qu’écrire c’est aimer

Quand tu clames que chanter c’est aimer,

Joli trouvère du temps passé,

Intemporalité que tout cela,

Qui fait la tendresse et la beauté,

Contre la matérialité envahissante ,

Qui nous tue l’âme,

La vraie Déité c’est ça.

Ta voix. Tes sons.

Tesssons de verre sous leurs pas…

La résistance contre la laideur.

La violence des trop tendres

Qu’on essaie de faire taire ou de casser.

C’est tout cela qui

Passe de ta voix à nos oreilles

Ton combat pour respirer.

Je comprends que tu te lasses parfois

J’imagine assez la douleur qu’implique

La moindre courbure à ton dos…

J’imagine la nécessité d’avancer

De porter la parole dans ce monde-là,

Et pas un autre.

Pas celui des fées,

Celui des coeurs calfeutrés

A réveiller illico

A coups de vibratos .

Jean-Louis, je suis repartie le coeur en joie.

Il paraît que j’en n’en étais que plus jolie.

Merci à toi

Pour tout.

Pour ça.

Tout ce qui s’est confirmé là.

 

Mouvance

Ces êtres de dialogue, de partage et de mouvance que nous sommes, vivent de la magie des rencontres, meurent de leur absence.

Chaque rencontre nous réinvente illico – que ce soit celle d’un paysage, d’un objet d’art, d’un arbre, d’un chat ou d’un enfant, d’un ami ou d’un inconnu.

Un être neuf surgit alors de moi et laisse derrière lui celui qu’un instant plus tôt je croyais être.
Christiane Singer

Hard et Soft sont dans un bateau

Je tente de retravailler un texte ancien

En moins « hard » en plus « soft » , pour pas heurter :

Y arrive pas.

Peut pas réduire le sang en édulcorant de synthèse.

S’agit pas de dépecer des corps,

Mais d’aller voir du côté de l’âme : ça se fait pas…

« Bah, tu resteras seule dans ton trou ! »

Et après tout…

Y’a des choses qui bloquent dans la tête,

Qui ressemblent à des trucs,

Vieux comme la conscience..

Des trucs passés,

Dépassés,

A mettre au clou…

wouaih…

Alors prendre une page blanche.

Recommencer.

Soft ira jouer chez Mickey.