Décider une fois pour toutes….

A propos du livre de Jérôme Garcin , qui vient d’écrire un livre sur son jumeau « Olivier », Yves Simon cite une phrase de Proust :

« Je suis arrivé à un âge où il faut prendre parti. Décider une fois pour toutes qui on veut aimer et qui on veut dédaigner. S’en tenir à ceux qu’on aime, et pour réparer le temps qu’on a perdu avec les autres, ne plus les quitter jusqu’à sa mort. »

J’en suis là, moi aussi, au coeur des amours de transit, ou de dépannage, si « tendances » aujourd’hui…

Mais c’est sans doute trop « out » tout ça…
Trois petits tours et puis s’en va !

L’AVOCAT AU MARCHE

Ils sont pas mûrs, mes avocats ?

Ni une ni deux,
Me regardant droit dans les yeux
Il en fend un en deux
Le pressant comme un citron,
En extrait un pauvre jus vert
Qui gicle sur mon poignet..
Puis jette le cadavre
Sur le béton armé…

J’esquisse une moue oblique
Devant ce geste inique
Et tourne les talons
Sans l’olivâtre oblong.

La Fontaine, à ta table :
Tire-moi une fable de ce navet !

Demain n’existe pas

Demain n’existe pas.

Je le redis à tous ceux qui me disent :
« Calme-toi, on a tout le temps pour ça ! »
Nan !
Un Cherockee en pleine face et…
Plus de jambes,
Plus qu’un bras.
Ca a pris trente secondes,
Même pas..

Alors merde à la « sagesse »,
Quand elle nous condamne à la chaise roulante
Avant qu’on y ait droit !

Bruxelles, ma belle…

Bruxelles,
Dans le brouillard,
Un rien hagards,
Nous déambulons.
Un rien plus loin
Que le hasard.

Et puis voilà :
Les hangars rénovés.
Terre battue et parking glauque
Carte d’entrée.
Statut d’invités.
Stand basique
A deux pas des gros vertébrés.

Les badauds tournottent tranquilles,
Attendant Eric Emmanuel Schmitt,
-Ou autre Nothomb chapeautée…

Il arrive, royal,
Souriant.
Cordon noir et file d’attente
Digne du festival de Cannes
Des grands événements.

Cocktail, télé,champagne,
Empressement dérisoire
Des courtisans.
Un, deux, trois exemplaires sous le bras,
Les admirateurs parlent avec le géant.
Ils lui tendent une enveloppe
Un papier blanc.

On regarde la scène, amusée.
Puis,
On retourne vers son triptyque,
Rêveuse.

Des mondes cohabitent
Sans se mêler.

Pour tout, pour rien….

Partout je n’entends plus que :
Compression de personnel,
Plan social,
Rentabilité,
Déshumanisation de toute « transaction » commerciale…
Trop de temps passé à faire autre chose
Que ce que ferait un robot muet..
« Ca rapporte pas.. »
Pas assez..
(encore que… s’ils refaisaient leurs calculs..)
Toujours plus
Jusqu’au grand fossé..

Cela a été dit et redit,
Mais je le redis ici.
Parce que merde, quoi !
On n’est pas né pour ça !
Et qu’il est bon de ne pas l’oublier…

C’EST L HISTOIRE D’UN MEC..

C’est l’histoire d’un mec qui chantait
Avec une telle tendre malice dans le regard
Qu’on rêvait de chevaucher les licornes
Avec lui
A la tombée du soir.
C’est l’histoire d’un mec qui visite
la math quantique,
Désormais..
C’est l’histoire d’une émission bazar
Où tout partait en vrille..
Il y a si longtemps déjà….
C’est l’histoire d’un mec libre,
Dans un pays libre…
Espèce en danger ?

Emission rattrapage..

Pour ceux qui n’auraient pas pu suivre l’émission du dimanche 6 Février avec Jean-Claude Carton sur IDFM :

Vous pouvez la télécharger sur le site « Les étoiles du coeur »

en allant sur :

Toutes les Étoiles en parlent
du 06 Février 2011

Téléchargement  :

* Camille Arman pour son livre « Mama mia »

« ILS NE LES FILMERAIENT PAS, ILS LES ABATTRAIENT… »

Parce « qu’un peu de mon coeur est resté là-bas..dans c’pays quj’connais pas »…

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/02/05/une-tribue-amazonienne-isolee-filmee-pour-la-premiere-fois_1475831_3244.html#xtor=AL-32280258

Hommes nus, apeurés, mes frères..

Et c’est pas du cinéma..

 

Voici l’article du Monde :

« Le scénario pourrait faire penser à un remake d’Avatar, le film de James Cameron au succès planétaire. Une tribu d’indiens isolés, chassé par les forestiers illégaux du Pérou font route vers le Brésil, dans la région de la rivière Envira, près de la frontière entre les deux pays. Cette branche qui ferait partie de la tribu Mashco-Piro fuit le danger que représentent les exploitants.

Selon Jose Mereilles, le directeur du département des affaires indigènes brésilien (la FUNAI) qui a organisé le survol de la forêt, accompagné pour la première fois d’une équipe de la BBC, le but n’était pas d’entrer en contact physiquement avec eux, mais d’établir la preuve de leur existence. Outre la violence, explique-t-il  » de simples virus comme la grippe peuvent les tuer et même décimer un groupe entier « .

Sur les images, les indiens recouverts de peinture rouge, extraite d’arbres, les roucouyers, regardent passer les avions. Selon le spécialiste brésilien, ils vivraient de la chasse, du manioc, des papayes et des bananes notamment. En 2008, des premières images d’autres individus de cette tribu avaient été montrées. « Si les bûcherons clandestins ou les mineurs illégaux étaient en contact avec eux, ils ne les filmeraient pas, ils les abattraient « , commente Jose Mereilles.

Un nouveau site réservé aux indiens isolés a été lancé et une courte vidéo de cette tribu, extraite du film de la BBC, a été mise en ligne.  » L’impact de la campagne est important, explique Sophie Baillon, de Survival France. Le ministère des affaires étrangères péruvien qui refusait de reconnaître l’existence de ces tribus isolées a annoncé, dans un communiqué le 2 février,  » établir des contacts avec la FUNAI … pour protéger ces peuples et éviter l’incursion de bûcherons illégaux et la déprédation de l’Amazonie ».

« Les tribus d’indiens isolés sont souvent des rescapés de massacres dus à l’exploitation de la forêt, du boom du caoutchouc au 19e siècle à aujourd’hui, notamment avec la recherche du bois précieux, le mahogany, un acajou rouge « , explique Survival International. Mais  » isolées  » ne signifie pas que ces tribus ne puissent pas en être contact les unes avec les autres, comme le prouverait l’image d’une casserole en émail sur l’une des photos.  » Ils font du troc entre eux mais ils seraient menacés de mort par un contact direct avec nous « , dit encore Sophie Baillon.

Sur les 3 à 400 individus que devaient compter la tribu des Akuntsu il y a plusieurs dizaines d’années, dans une autre partie de la forêt amazonienne, seuls cinq individus subsistent. Selon Survival, une cinquantaine de tribus isolées vivraient dans la forêt amazonienne, au Brésil, de 10 à 14 au Pérou. Dans le monde, elles pourraient être une centaine. »
Rémi Barroux. LE MONDE

C’EST BEAU UNE RADIO, LA NUIT..

Y ‘avait que du beau monde :

Bobin, Duteil, Giraudeau,

Bohringer,Bashung, Murat..

(à part ça, les mecs, j’aime pas !)

Bon, y’avait aussi Michel S….

Mais là on pardonnera à Jean-Claude :

C’était pour la bonne cause

Qu’il était là.

Y’a eu Rachida et ses venins las

Y’a eu des pleurs et des bouquets de roses

-Blanches ou pas-

Y’a eu des silences et des regards

« Au-Delà » des choses

D’ici-bas..