Pyramide and co le 21 Mars 2020

Le samedi 21 Mars 2020 à 16h30, j’aurai la joie de partager avec vous, pour la première fois, des extraits de « La Pyramide » mon premier livre paru en 1993. Fabienne Dominguez m’accompagnera, écho sororal bienvenu, démultipliant les vibrations initiales…

Cela se déroulera Salle de La Fondation Robert à Saint Jean d’Angély, tout près du collège et du stade, dans le cadre des Scènes de Printemps.

On y parlera d’Amour… entre autres….

 

photo 22 Mars 2020 Pyramide

 

Viendez!

En attendant portez-vous bene et…. ne cédez jamais à la peur!

 

Camille

Laissez-vous guider…

Laissez-vous guider…

L ‘âme agit…

 

Ne pas Tout dire

Tout définir Tout catégoriser

Tout rentrer dans des boîtes des définitions bien pratiques pour…

Pour quoi faire exactement?

Ouvrir des portes, se laisser embarquer larguer des bagages

Sentir à nouveau ses ailes palpiter

Se rendre compte

Même,

Qu’on en avait…..

Il y aura des mots

Des silences

De la musique

….Et tout ce que je ne sais pas encore..

 

Et tout ce que vous,

Par votre présence même,

Subtile essence,

Y apporterez…..

Affiche Camille Contrepied 1er fev 2019

Alors, venez!

Nous partagerons quelques minutes de vie ensemble!

Le Samedi 1er Février 20h30 au Contre Pied à Saint Jean d’Angely

 

 

Camille

Le Lambeau, Philippe Lançon

Je lis Lançon et c’est un régal….  Puisance du récit, élégance du verbe. On embarque loin haut calme et droit.

Ce livre est vivant, terriblement.

Le doux cocon de l’hôpital après l’indicible (oh oui!), la solitude irrémédiable qui débouche sur un préhension plus fine de soi du monde autour…

Tout ça et plus encore.

La violence de l’attentat, l’amitié, la fraternité retrouvée, les sensations perdues, les renoncements évidents, les gestes simples….

Je n’ai pas fini et en suis heureuse car je sais qu’il me reste de multiples lucioles à découvrir, voletant, lumineuses, gracieuses, à travers les pages…

Ouvrant la voie à plus grand.

Au Silence enveloppant de l Immensité vibrante….

Vacances La Plagne Août 2009 377

Portez-vous.

Camille

 

Rencontre

Le mardi 3 Décembre à 20h 30, à la Médiathèque de Saint-Jean d’Angély , je viens à votre rencontre autour du thème du « travail » d’écriture ( devoir, mission, nécessité, respiration etc…) et de la découverte de mes ouvrages dont Padre Mio et Chrysalide.

Lectures et partages seront au menu.

RVDn3_chaton_28-05-2016_26

Je vous promets pas le feu de joie mais le coeur y sera!

A vous retrouver.

 

Camille Arman.

L’écriture au service de la Vie.

 

A venir:

Ateliers « A la rencontre de soi »

renseignements: camille.arman@gmail.com

 

RENCONTRES AVENIR (proche)

Deux dates autour de Padre Mio à St Jean d’Angely.:

-Le 9 mars Partage au Ze Fun Bar (4, avenue du général Leclerc) à 15h

et

-Le 30 mars dédicace de 10h à12h

à la Maison de la Presse, rue de l’Hôtel de Ville.

 

padre-mio-1-600

 

A bientôt!

 

Camille

« Padre » au Fun!

Le samedi 9 Mars à 15h je vous convie au Fun Bar à Saint Jean d’Angely pour un Café Littéraire autour de Padre Mio.

Saint Jean est une petite ville de caractère, fleurie, au bord de la Boutonne, même que le crâne de Saint Jean Baptiste… non, je vous la fais pas! .

.. Quoique..

Statue de saint Jean-Baptiste

Donc, entre les tours dont la stature m’effrayait et leur joyeux carillon qui pulse désormais nos temps secrets, je me faufile parmi les ruelles zétroites de la belle endormie qui doucement s’éveille, s’étire tout à son aise et prend le temps de respirer la vie…

Ici tout est là, disponible, possible, il n’y a qu’à…Alors, allons-y!

Les «Tours» vues de l'arrière

Donc, non loin des futures thermes se niche un bar cosy avec fauteuils violets, rouges  et tutti quanti, où je viens souvent siroter un whisk…euh, non.. mais un thé vert ça fait moins joli!

Ze Fun Bar pour un partage littéraire, why not? diraient mes voisins zanglais!

J’ai toujours aimé les bars les brasseries. Le silence c’est impec pour écrire, mais la vie qui circule autour, c’est bien aussi!

Circulation intérieure, extérieure, échange subtil d’un rien, d’un tout, d’un battement de cil…

Je serai là le 9 Mars pour présenter Padre, parler de lui, d’eux, de nous, et de tout ce qui surgira des zêtres qui seront là.padre-mio-1-600

Droite comme « mes » tours, souple comme la Boutonne ( eh bien!) pour humer avec vous un peu plus intensément l’instant qui passe.

En nous. Entre nous.

 

Portez-vous!

Camille de A. à Z

PS pour les zamoureux des livres, de la profondeur des choses…. The bookshop, courez-y!

 

 

 

 

REPRENDRE SA VIE EN MAIN

Chacun doit reprendre sa vie en main

D’où qu’il soit

D’où qu’il vienne

Reprendre sa vie sans la haine

Regarder en soi où ça a buggé

Où on s’est laissé transfuser du sang avarié

Empli de rancoeurs de doutes et de sanglots tués.

Osons être

Sans tuteur  et sans Maître

Osons être

Le silence nous susurre à l’oreille tant de mots doux

Nous accorde tant de rendez-vous avec ce qui bat fort et vrai en nous

Ne le renvoyons pas d’une baffe dans les baffles d’un western mou.

Allons au-delà de nos obésités mentales

Allons au-delà des cathédrales de nos rêves scénarisés par le métal

Allons au-delà des combats externes

Allons au-delà

Respectons-nous.

Dans chaque mot, chaque regard, chaque geste.

Respectons-nous.

A chaque seconde, jusqu’à la dernière.

A chaque inspir, chaque expir, donnons le meilleur de nous.

Et les « choses » bougeront, insensiblement, irrémédiablement, autour de nous.

Camille A.

Le lire et le dire FPP et Padre en live!

 

 

FPP PADRE 7

( essai de voix, tout est sous contrôle!)

 

Voici le lien vers l’émission diffusée sur FPP

https://www.grosfichiers.com/3G6QTuzvGqC3E

Il reste dix jours pour copier le lien et télécharger le fichier, ensuite vous l’écoutez quand vous le désirez!

padre-mio-1-600

 

Merci à vous!

Camille

 

PS Je reprendrai les cercles « littéraires » (mais pas que) sous d’autres cieux. Oui, « c’était bien » !

 

Rappel:

le 9 juin à la librairie Cyrano à La Ferté sous Jouarre

le 16  juin à « Une rue fête les arts » rue Louis Braille à Maisons -Alfort.

 

 

MADEMOISELLE CHAMBON

MADEMOISELLE CHAMBON d’après Eric Holder

J’avais lu le livre il y a longtemps. Excellent souvenir, le meilleur de Holder assurément.

 

15191246062646_mme-chambon-akteon_38588

Un histoire simple d’amour et d’empêchement. De loi sociale et d’encombrements, de musique italienne et de violoncelle, de truelle et de pupîtres d’école. De Bartok et de Kévin. Que des choses qui ne vont à priori pas ensemble et pourtant…

De là à l’adapter au théâtre…. tant de silences, de non-dits, de maladresses, d’extrême pudeur aussi… Tant d’étoiles à l’intérieur des corps qui continuent de s’agiter dans un décor en carton bouilli… On restait sur une note douce, la saveur de l’inaccompli…

Ils ont réussi le pari de rendre vie à cette partition subtile, délicate, finement ourlée de tendresse et de nostalgie.

Ils, les trois acteurs (Corinne Debeaux, Olivia Machon et Yves Buchin), toujours justes, intensément présents, vibrants les vagues à l’âme, les révoltes, les replis intérieurs, les difficiles acceptations de leurs personnages. avec passion.

Il, le metteur en scène, Alain Prioul, par le choix de sortir de son écrin de bibliothèques ce doux roman qui, l’air de rien, diffuse tant. De rendre si brillamment hommage à l’écriture sensible du romancier. A la vie sans vagues apparentes d’êtres humbles et lumineux à la fois.

Il, le créateur lumières, Laurent Dhainaut, qui se glisse dans cet univers élégant avec ses éclairages qui soulignent, surlignent parfois. Sans jamais écraser.

Tout n’est que silence, maelstroms intérieurs et subtile sensualité.

Côté spectateur, le sentiment amoureux si fort et si contenu se respire, se capte au moindre regard, au moindre souffle, à la moindre main repassant un pli imaginaire, sur une jupe qui aimerait tant être froissée…

La fin m’avait échappée, elle m’échappe encore… Je reste dans la douceur, la poésie des coeurs soudain éveillés de leur habituelle torpeur. Et qui renaissent émerveillés.

Je reste dans cette féerie…

Alors, Mesdames, Messieurs, pour ce ravissement, encore merci.

Camille

A voir les vendredis  et samedis à 20h dans l’excellent Théâtre de l’Aktéon, 11, rue du Général Blaise 75011 Paris. Du 30 mars au 26 mai 2018

OR ET ARGENT/GOLD AND SILVER

 

Ce livre est une pépite,  il nous livre non seulement des morceaux de vies en « live » mais est un bijou en soi. La photographie est un art. La mise en beauté de ces daguerréotypes un travail d’orfèvre qui a demandé des mois de travail minutieux… Je salue ces artisans précieux au service d’une forme de quête, d’un mystère qui les dépasse.

Humilité, patience, silence et opiniâtreté. Un travail d’artiste, oui, que je tenais à saluer. Je tenais à te saluer, toi, si discret.

 

Résumé :« Gold and Silver » offre un relecture contemporaine d’un fond d’archives inédites sur la ruée vers l’or en Californie. (…).

De jeunes argonautes des années 1850 fixent et défient l’objectif bouleversant toutes les conventions de la pose. Tout dans ces images, les attitudes, les regards, les vêtements, diffère des représentations habituelles de la daguerréotypie. (…).

Le photographe est intervenu à postériori sur les clichés, agrémentant les ruisseaux de poussière d’or ou rehaussant les tamis de chercheur d’or de pépites.

Le design du livre vient souligner les liens entre l’or du grand Ouest et l’argent, deux métaux utilisés dans la photographie.

Le fonds vient du concessionnaire automobile MATTHEW R. ISENBURG qui était collectionneur sur son temps libre.

Co-édité par Institut canadien de la photographie du Musée des beaux-arts du Canada.

Sélectionné par Libération parmi les 10 plus beaux livres -photos de 2017.

38€, disponible à la Fnac et dans toutes les bonnes librairies…

 

Amis chercheurs d’or et de poussières d’argent, portez-vous, portez-vous, cette belle nuit et le jour qui viendra. Peut-être…

 

Camille

P.O.L.

Un homme, une voix douce sur France Inter… Un qui semblait y croire. Un qui donnait envie.

L’Editeur de Charles Juliet, de Duras et de tant d’autres.

Un qui lisait seul les mauscrits. Ne comptait que sur son avis.

Un homme croisé lors d’un Salon du Livre, entouré, admiré. Alors attendre, trouver la brèche, aller enfin lui parler. Mais pas le  moment, énervé, sec, pas l’homme de la radio. Repartie moderato, le manuscrit sous le bras. Mama mia!

Il y a des rencontres qui ne se font pas… et pourtant des univers qui se frôlent, une sensibilité que l’on reconnait, comme un frémissement, « ça pourrait être toi ». Et puis pas le bon tempo, pas le bon endroit.

N’empêche que tu travaillais comme un artisan et j’aimais ça. Et tes livres blancs, toujours élégants.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19574814&cfilm=258281.html

Merci à vous.

A l’enfant en vous qui se repose maitenant.

 

Camillea-de-arman (2)

« La Symphonie des Âmes » sur FPP

 

Bonjour à tous!

 

Je viens d’effectuer une chronique autour de l’excellent livre de Grégory Mutombo « La Symphonie des Âmes ‘aux Editions Trédaniel ,

un livre qui nous réaligne sur la bonne fréquence, la nôtre.

La chro se niche au creux d’une émission Le lire et le dire de JCC, cette fois-ci consacrée au Théâtre sur

Radio FPP 106.3 FM

L’émission repassera

le mardi 18 avril à 9 h 30
le vendredi 21 avril à 15 h
le mardi 25 avril à 9 h 30
Pour ceux qui ne pourraient pas la capter, voici le lien du fichier
Disponible jusqu’au ven. 28 avril 2017 à 17h14
La vie bouge et nous bouscule, l’essentiel est de se sentir vivants, vibrants et ancrés, tel le roseau du cher Jean.
Portez-vous bene!
Camillea-de-arman (2)

 

 

 

 

 

 

LA VOIX

Suite à un stage centré autour du thème de  la Voix, je choisis de reposter cette vidéo de Chrysalide, qui illustre ce rapt, ce détournement de cours profond, cette perte de voix progressive, une perte de sa voie propre, une perte de son, cernée de musiques. Une perte de soi.

Cette plongée au cœur du non-sens et du « Pourquoi? » traversera le tunnel du cocon duveteux, douloureux, de la chenille tapie dans le nid de sa vie en suspension.Un entracte blanc comme un Antarctique. Glacé, froid, silencieux… et bon.

Par à coups successifs, par erreurs, à tâtons, elle écartera les murs de sa propre prison. Il y aura de fractures, des sorties de route et des abandons d’anciens vestons. Mais, un pas après l’autre, un chemin se trace, inévitable, vers un plus haut Secret.

Chrysa ou le début d’une libération.

Cinq années après ce film, le papillon vole, de plus en plus léger, à la rencontre de son Mystère. Qui englobe tous les sons.

 

 

Portez-vous bene!

Camille

a-de-arman (2)

 

 

LA VIE EST APPEL

La vie est appel et proposition, la rencontre se fait..ou pas, selon le timing de chacun.

Chacun est à sa bonne place, ici ou ailleurs….devant le but ou le télé-viseur. Boum !

Face à de cette évidence, je vous redonne ces deux dates:

Le vendredi 23 septembre à 19h30 pour un conférence de Véronique Lours autour du Feng Shui dans le haut 77 (précision donnée par mail). Participation de 7€

Le samedi 8 Octobre à 16h à au café littéraire de Saacy « C’est déjà ça »conférence-partage autour de Chrysalide ou le choeur du papillon (ou la faim de l’âme, c’est égal).

Portez-vous bene!

 

Camille

plage fouras oct 15

 

ETé

L’été dernier avait déjà fait son oeuvre, celui-ci la poursuit.

Epurer,

Aller vers l’essentiel.

Ecouter la voix au plus profond de moi.

Shooter dans les brouilleurs d’ondes.

 

Mes livres sont un moyen , un espace pour cette voix, je le sais bien, il y a sans doute, en parallèle, d’autres chemins.

J’ai mis trop de volonté dans ma vie. Je l’ai trop coachée, muselée.

Elle se rebelle, belle, et me lance « Lâche-moi la grappe! Laisse-moi aller là où ton coeur est déjà. »

Aaahhhh…

 

Portez-vous bene!

 

Camille

plage fouras oct 15

 

 

Cercle du bout du Monde

Le 28 mai nouvelle rencontre.05-03-2016_RDVn2_Chaton_33

Embarquement immédiat à 14h30 à la porte du bout du monde…. pour voyager ensemble avec les mots et au-delà.
Garer votre cheval sera aisé et déposer vos valises tout aussi simple!!
Vous contribuerez comme bon vous semblera à cet élan de vie sans besoin de Doctorat.


Renseignements donnés par mp.

 

A se voir…

Camille

LE CERCLE DU BOUT DU MONDE, 2016

Le prochain cercle aura lieu le samedi 28 Mai 2016 à 14h30 et le thème en sera la Maman, autour de mon livre Mama mia.

Les relations mère-enfant, la fin de vie, l’amour, le rejet etc…. Plein de sujets passionnants à partager ensemble!

Viendez donc et confirmez-le moi par mail assez rapidement!

 

05-03-2016_RDVn2_Chaton_70

Prenez soin de vous!

 

Camillea-de-arman (2)

 

 

 

 

RENDEZ-VOUS du 5 Mars!

 

Bonjour à tous!

 

Comme c’est la fin des vacances pour la zone de Paris et consorts et que l’esprit peut être embué par tant de pensées variées , je viens vous rappeler notre rendez-vous de samedi à 14h30 à l’aide de cette vidéo de fin d’été qui frise le sujet:

 

et celle de Chrysa qui le défrise!

 

Cela ressemblera à ça…sans y ressembler, forcément!

 

 

Vivement Samedi!

 

En attendant, portez-vous!

CamilleA de Arman

Rencontre, deuxième!

La première était si chaleureuse que je recommence!

Je jongle avec les dates et les impératifs de chacun et tombe sur le samedi 5 Mars, dites-moi si cela roule pour vous assez rapidement.

Le sujet en sera cet appel de la vie  stigmatisé par le triste mot d’anorexie. Cela peut sembler paradoxal mais c’est ainsi que je l’ai vécue : une libération.

J’ai  en effet écrit Chrysalide autour de ce thème. Il a été abordé lors de notre première entrevue, car tous les chemins mènent à Rome… et à l’Amour en fin de compte!

Pour les étudiants dans l’âme, vous pouvez « potasser le sujet », on peut aussi venir sans idée préconçue, c’est souvent mieux. Chacun fait comme il le sent. Le vent du moment soufflera où il voudra.

Je vous partage la vidéo tournée lors de la parution du livre, elle « parle » d’elle-même!

 

 

A bientôt, et surtout faites-moi signe sans oublier vos retours précieux!

Oui, cela fait du bien de partager ensemble!!

 

Portez vous!

Camille

a-de-arman (2)

 

 

 

ça s’affine Marat!

Bon alors ça s’affine (Marat range tes balles je vais finir par valser et valser avec Manuel, franchement ça me chaut pas vraiment en c’moment!)…enfin si on veut, entre âtre ou pas ne pas âtre, bûche ou pas bûche, galette ou tarte, 14h 15 ou 14h 30 ou plutôt, 14h 44,qu’est-ce que  t’en dis ?

Oui, je sais le samedi y’a les courses, les enfants,les anniversaires, les devoirs, les repassages, les repas pas sages, les divans qui taquinent, les…et puis le temps de trouver  la sente le sentier, prévoir un délai…..15h ah la bonne heure! Ni trop tôt ni pas après!

Et puis j’entends des questions:  est-ce que ce ne sera pas trop intello? Non mais, vous m’avez bien regardée? La vie est-ce qu’elle est estampillée Bac Plus 6? Un autre ami me dit : Je veux pas de blablas trop de tracas eh Mama!

Bon, y’aura des bla et de beaux blas je te promets, mais les blas ce sont aussi parfois de bonnes vibrations qui réchauffent lorsqu’il fait un peu froid, tu crois pas?

Tu vois j’mets pas les « ne », j’suis pas estampillée Docteresse es lettrines, si ça peut te rassurer. Je joue avec les mots, ils sont mes amis. Mes amis mots. Et par ci par là je glisse quelques zidées, quelques jeux de lumière, quelques…

« Te fais pas de bile ! »comme qui dirait mon  pote Gavroche, ce cercle des zamis retrouvés c’est une idée qui a germé, une envie à suivre, pas un boulet!

Alors faisez pas vot timide, viendez!

Faut me prévenir juste un peu pas trop tard, ici c’est quand même pas Bercy!

 

Prenez soin de…qui vous aimez….! Sans l’étouffer….

Camille

 

et just for you, cette balade si douce à nos oreilles d’hiver

 

 

Joyeux Noël !

Oui les lumières c’est joli,Sapin

Oui les sapins sciés, les oies gavées,foie gras

 

les smartphones pour bébés c’est…. heu…

On s’en fiche, c’est la fête!

Amusons-nous gais, gais, puisque c’est écrit sur le calendrier, sur le papier gras des pubs prêtes à jeter,  puisqu’on nous le dit à la télé!

Oui c’est la fête, oui c’est youpi!!

Piyou Piyou gris!

Ben non non non!

Et voilà t-y pas que je lis ce qui suit… qui fait comme des cloches de Pâques carillonnantes dans ma tête!!!clochettes

 

 

 

 

« Logiquement, quand on écoute ce qui est socialement acceptable, on répond à des règles, à la société ou à ce qui est extérieur à nous. Et dans les faits, ce qui est socialement acceptable est souvent construit pour la masse et les gens se font piéger certaines fois à écouter toutes ces règles de masse, car elles ne tiennent pas compte des besoins individuels. Et quand on ne tient pas compte des règles sociales, on écoute nos propres besoins, comme c’est souvent le cas pour les autistes qui sont plutôt en contact avec leur conscience et leur vérité à l’intérieur d’eux. Par conséquent, ils écoutent souvent leurs propres besoins en premier, peu importe que ça plaise ou non. Et les gens « normaux » qui répondent à ce qui est socialement acceptable, ils ne tiennent pas compte généralement de leurs propres besoins, car encore une fois ils ne réfléchissent pas ou ne s’assument pas. Ils suivent la route et ne mettent jamais de Conscience. Toutes ces règles sont souvent construites pour plaire ou bien paraître à l’extérieur.

Par exemple, j’ai toujours détesté Noël, car il y avait trop de règles sociales à suivre, comme donner un cadeau à quelqu’un que je n’aimais pas vraiment, rester jusqu’à minuit seulement pour dire Joyeux Noël à cette heure et faire bonne figure ou encore parler avec des gens pour qui je n’ai pas d’intérêt ! Toute cette mascarade imposée et mise en place m’a toujours dépassé et a toujours été trop pour moi. Alors j’ai souvent refusé Noël parce que je sentais ces règles non dites et les réactions des autres qui me trouvaient nul parce que je ne pouvais pas répondre à la règle. Ici, même si tout ce que j’explique n’était pas tout clair en mon esprit, ma Conscience m’a toujours parlé, par des malaises, des refus, des symptômes, peu importe que mes comportements aient été socialement acceptables ou non, car j’ai toujours été en contact avec ma Conscience. »

extrait de L’autisme, revu et corrigé par un autiste Asperger de Pierre-André Pelletier & Nadine Primeau, Éditions Un Monde Conscient

 

Tellement ressenti ça que… hum que du bonheur…. comme on dit chez Naguy!

Alors…

Portez-vous bien avec ou sans guirlandes sans vous enguirlander pour autant avec vos enfants vos grands parents et vos Charles Attends!

Le vrai Youpi c’est d’être!

 

Camille

a-de-arman (2)

Malaise

Malaise, je sens comme un malaise après ces appels aux terrasses, un verre de bière à la main..

Oui cela m’est arrivé …Rarement, avouons-le, je préfère un jus de fruit  et les moelleuses banquettes de l’intérieur, je ne supporte pas la fumée envoyée à qui mieux mieux dans les narines….

Malaise oui, malaise, je ne supporte pas ces appels en masse, c’est dans mes cellules, ça se hérisse tout de suite, ça me hérisse ces appels identitaires ces mouvements exemplaires ces actes de bravoure une fois le  feu éclaté … ces effets de manche des professionnels de la profession, ces bons côtés de l’aversion…

J’y perçois un relent de pas très clair, comment analyser…un truc qui donnerait un peu envie de vomir, comme une récupération de fin de banquet…

Cela me tourne et me retourne depuis les faits, ça me cogne le coeur, me prend à la gorge me fait me relever la nuit…On ne prend pas les choses par le bon bout, faire la fête  yes , ça va bien cinq minutes, mais après?

On va pas être comme des hamster autour de leur rouet à se fermer les écoutilles sur ce qui nous est donné à voir. On va pas répéter les mêmes actes  comme des automates, on va se servir de nos cerveaux. On va se poser, arrêter de jouer dans un monde de Caliméros.

Et être humain, à chaque coin de notre quartier. Ici, maintenant.

S’il faut être présent, c’est dans les collèges et les lycées où depuis plus de vingt ans la violence ne cesse de croître , on appelle ça « actes d’incivilités » et on remet les couvercle dessus car le proviseur a une carrière à défendre « rien ne doit se passer dans mon établissement! rien à voir, gérer votre classe, circulez!! »  Et de replonger dans Le Monde, surtout ne plus être dérangé! Cocotte minute refermée sur des enseignants  » de terrain »exténués (que d’alcoolisme, de dépressions, de départs de jeunes diplômés atterrés, de vitres brisées, de pneus crevés , d’insultes de…) sur  des personnes compétentes malmenées, chaque jour chaque année un peu plus… déconsidérées et démunies, lassées, éreintées..Sur des instances protégées, uniquement soucieuses de leur avancement et de leur sortie au plus vite par le haut échelon du bordel ambiant.

J’ai assistée à cette chute de l’Education Nationale durant quasiment vingt-cinq années. Je suis partie avant de finir comme un steak haché.On a dépossédé volontairement les enseignants, on les a pris pour des benêts, on les a rabaissés, on les a karcherisés, on a réduits les effectifs, les moyens… tout comme les infirmières, alors après ne pas venir se plaindre qu’il y a des trous gros comme mon poing dans le gilet républicain!!!

Hypocrites discours politiques, je vous hais!

S’il faut être présent, c’est auprès de ces jeunes et moins jeunes, leur parler autrement qu’à des bandits…il fut un temps où mon ami corse, un grand brun bouclé , se faisait régulièrement contrôler aux Halles, je parle d’un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître, délit de faciès déjà… Il aurait pu tourner parano, il était doux comme un agneau….

Marre de se fier aux apparences, ne parlons pas des délits en cols blanc, d’autres s’en occupent mieux que moi….

Je n’ai jamais trop « fait la fête » la fête sur commande et sur injonction m’ennuie. Je suis plutôt du genre fleurettes et grands espaces, plutôt liberté, liberté chérie. Alors au nom de cette liberté, je ne vais pas surjouer ce que je suis…et ne vais donc rien changer à mon rythme de vie.

Ecrire est un tempo humble, sans strass, je le comprends encore mieux aujourd’hui, parce que j’y reviens comme à une source pure au milieu de l’étouffoir, comme à un drapeau aux couleurs de l’espoir, l’espoir fou  le miracle d’être simplement humain.Nécessité vitale, après chaque coups à l’estomac, retour vers cette simplicité là.

Vivre selon l’inspir du moment et ne pas obéir aux mots d’ordre, même les plus « gentils »!

Portez-vous bien petits nuages!

 

Camille

a-de-arman (2)

Camille aïe !

 

Quand le vent nous entraine par les chemins des vergers à livrer des pensées comme des fruits mûrs, il en emporte quelques unes avec lui!

C’est le jeu du vent, pardi !

Quand le vent des femmes du temps passé me traverse le coeur et guide mes pas…

 

 

Prenez soin de vous!

a-de-arman (2)

Arthaud, Murat, par hasard….

Ce matin , un lapin, le printemps et hop, j’écrivais sur la passion et puis sur tombé sur lui , forcément comme par « hasard » l’émission où Florence Arthaud était là, aussi….

La passion à l’état pur , « pas très vive intellectuellement », qui dort 22h Sur 24h et dit « tout le monde peut le faire… » On en aimerait plus des comme ça ! (cf article précédent!)

La solitude où on est pas seul….

Il la connait aussi celle-là, lui….

Que du bon sur les indétrônables Jaunis, les piliers rancis…

Et Bohringer mort de rire

extrait:

-Vous êtes bouddhiste?

-Et vous, vous vous êtes mis à la gymnastique ?

Murat me fait rire, me fait tendre, parce qu’il a le style et l’intelligence..et plus que tout ça, ce « je ne sais quoi » qui est le charme d’un être humain plein et entier….

 

 

Jolie fin qui nous renvoie à une Hardy plus sexy que l’autre,

Joli moment, qualité du silence aussi……………………..

 

Sur la chanson anti FN  (actualité encore!!)

Quand le pauvre Teulé  peine lourdement à nous parler de sodomie

j’aime la manière dont l’auvergnat nous en gratifie ici…

Sans carotte noircie, directement dans le décor!

« Pour aller à Vitrol, il fallait la chanson »

Tout bon…et si en avance…..

« Brasser des idées
Nous paraissait bien futile
Toute idée inutile
Avant

Nous passions le temps
Légers ultra dégagés
Par notre seul sort excités
Avant

Mais si l’instinct de mort
Veut bouger le corps
Mégret serre les fesses
Voilà les gonzesses et les pédés »

 

(titre à écouter à fond la caisse dans une vielle caisse de de préférence sur la route des vacances en doublant des quatre quatre ahuris!!)

Sur ce, portez-vous!

YEAH!

 

Camille Arman

Une impérieuse nécessité….

Article cinglant de Charles Consigny sur le Point.fr……

Outre le fait de tacler encore et encore les livres de la rentrée, voici l’extrait que je préfère.

Car oui il existe bien une impérieuse nécessité…..

 

Du travail et cette exigence intérieure, cette honnêteté sans quoi l’âme quitte les livres..

Repro reproductibles

Goût de carton à jeter…

Même pas recyclables…

Goût de déjà vu et revu…

 

Allez bretteur, entrez en piste!

 

« Le législateur français devrait créer une loi subordonnant la publication de tout livre à une condition de nécessité impérieuse (*). La jurisprudence viendrait préciser que cette nécessité pourrait être de deux natures alternatives : il pourrait s’agir soit d’une nécessité pour l’auteur lui-même, qui ne pourrait faire autrement que d’écrire et publier son texte, répondant ainsi à un impératif plus grand que lui (une commande de son âme, de Dieu, de ses souvenirs, des morts) ; soit une nécessité pour la population, pour le public, qui, si l’oeuvre devait ne pas paraître, y perdrait un apport substantiel à son élévation culturelle, morale, artistique ou spirituelle. Les ouvrages ne répondant manifestement pas à une nécessité impérieuse pourraient se voir attaquer devant les tribunaux, et leurs auteurs condamnés à verser des dommages-intérêts aux lecteurs et à l’État pour le préjudice subi par la collectivité.

« Se trouver dans un trou, au fond d’un trou, dans une solitude quasi totale et découvrir que seule l’écriture vous sauvera. » Ainsi parle Marguerite Duras dans Écrire. À tous ceux qui ne connaissent pas cette solitude, abstenez-vous. »

 

 

Question de respect envers le public aussi, ne pas le considérer comme un con-sommateur mais un acteur à part entière de l’acte magique de lire et d’écrire, verbes si intimement liés….

 

Bel été à tous !

Que Les Fées vous accompagnent !

 

A de Arman

 

Camille Arman

 

 

La librairie du 1er Mai

Jour de relâche, je passe la main à Sylvain.

N’oubliez pas le petit brin de muguet ou de folie qui embellit la vie !

 

Prenez soin de vous !

 

Camille

 

 

 

muguet

 

Bonjour tout le monde,

 

Il y a des nouvelles qui apportent leur lot de plaisir, même si elles doivent être mesurées. Je viens de lire un article sur la santé de libraires, qui s’est améliorée en 2013. Le convalescent n’est pas au mieux de sa forme, mais il a résisté aux assauts incessants de « Ah! ma zone » et toute la clique, dont certains spécimens sont restés sur le carreau en cours d’année.

Il faut continuer à fréquenter les libraires de vos quartiers, les bousculer un peu s’ils n’ont pas le livre que vous cherchez et qu’ils devront commander rien que pour vous… c’est leur rôle aussi.

http://www.actualitte.com/librairies/la-librairie-secteur-avec-la-plus-forte-hausse-de-chiffre-d-affaires-en-2013-49840.htm

Le réflexe internet est tellement facile, dès lors qu’on est un peu retiré d’une ville. Il nous faut tout et tout de suite, nous sortons pourtant de nos campagnes et de nos quartiers parfois pour remplir le garde-manger. Les produits frais, vous les choisissez bien vous-même sur votre marché où chez votre poissonnier? Et si vous alliez faire aussi votre marché littéraire chez votre gentil bouquiniste au lieu de cliquer sur un clavier moche? N’est-ce pas Christian?

Belle journée de repos…

Sylvain