DON QUI

Don Quichotte, in Scènes d’Automne. 17, 18 Octobre 2020

Cela a eu lieu.

Et c’est bien.

Parce que lorsque un poignée d’humain désire ardemment bâtir un projet, il se fait. Malgré tous les obstacles et les rebondissements.

Une seule répèt ensemble mais tout le coeur!

La culture, cet inessentiel qui ouvre les esprits et les coeurs…

Portez-vous bene!

Respirez.

Camille

LE RETRAIT ET LA DANSE

Se défausser

Ne pas jouer à la marelle,

Hirondelle

Ne jamais être là où l’on se sent appelée

Victime assurée,

Victime assumée.

Le rôle est si connu

Si bien joué

Si cousu de fil gris

Minnie petite souris

A même le derme tricoté….

 

Décevoir pour ne pas être déçue

Cisaillée par mille couteaux de verre

Blesser qui vient vous secourir

Juste par habitude du pire

Juste par confort

Jouir d’être délaissée

Jouir de ne pas être aimée.

 

Alors….

Il est temps

De sortir de derrière l’arbre

Où l’on était cachée

Par habitude

Lassitude

Il est temps

D’entrer dans la ronde

Etre libre

D’être

L’enfant vivant

Celui que l’on n’a pu être

Dans la Vie d’avant

 

Mais aussi….

Rester dans le cocon

Tant que l’on est pas allé au bout

Du fil à dérouler

 

Mais aussi….

Descendre aux Enfers

Migration

Se laisser tomber dans nos profondeurs

Gouffres sans velours

Là où tout est resté englué,

Engrammé

Depuis des éternités

Des éthers mités

Laisser couler le flux des sangsues

Tournoyer avec nos peurs

Nos douleurs

Nos vertiges

Nos verticalités enchaînées

Transpercer les illusoires images

Mirages de carton

Que l’on a trop aimés

Conservés dans nos boîtes en fer blanc

Tout au fond d‘un grenier

Pas toucher, pas jeter!

 

Alors

Enfin

Au coeur du vide

Danser sans fin

Vahinés, derviches,

Transes singulières

Se laisser pétrir par l’air

Se laisser faire

Alors,

Terre et eau

Feu et air

Éther

Unis en nos êtres,

Renaître.

 

Camille Arman

DERRIERE NOS MASQUES…

Parfois, en sortant, je crois rêver.

Un autre monde, oui….
Être fliqué, chronométré, faire la queue pendant des demi-heures,

Regarder l’autre comme au sortir de la grotte en période fin de solde mammouthienne
Mettre un Masque pour sortir.. pour déambuler dans certains magasins, pour faire du sport à distance-scission, mîmer des prises de judo-miroir, laminoir, nager avec un scaphandre préalablemnent désinfecté avec un pantin-nageur totalement aseptisé du dehors et du dedans….
Mettre un masque pour anesthésier l’opéré

Masque à gaz

Pire souvenir

Sombre Alcatraz
Metter un masque pour se voiler la face

Au propre comme au figuré

Mettre un masque

Désinfecté ou pas

Lavé au trentième ou au quarantième rugissant

Ou

Pendant sous le cou

Parce que c’est pas marrant mais « au cas où…. »
Mettre un masque pour faire comme « On » a dit de faire…

Mettre un masque

Le jeter.

Les tissuisés, les papiers, vendus par paquets (comme le PQ?)
Les doublés que l’on retrouve, parsemés, jetés aux quatre coins des rues, dans la nature…
Le respect de l’autre, si  fanfaronné, où il est?
Peur
Peur
Peur
Qu’est-ce que cette farce, cette pantalonnade?

Un Masque, des gestes-barrières pour sortir, « affronter » nos frères:

Où est l’ennemi?

Si ce n’est celui, tapi au creux de nos cerveaux, qui nous susurre

D’obéir à toutes mesures…
Le masque, nous l’arborons

La distance nous la pratiquons

..mais nous les avions déjà blottis au creux de nous, « Avant », non?

Ces sourires plaqués qui s’effondrent ne tenant pas plus longtemps la pause

Ces regards qui repoussent

Ces mains qui se défilent dans les vôtres,

Ces bras qui n’enserrent pas
Oh les vibrations de tout cela!
Et pourtant
Malgré nos bouches et nos nez qui portent un masque

Malgré « nos yeux fermés et nos coeurs qui portent un voile… »
Y aurait-il

Encore

Toujours

Quelqu’un

« Quelque chose »

Caché derrière?
Juste une porte qui s’ouvre…

Dans les pierres, le feu,

Dans l’eau claire….

Dans nos yeux.


Portez-vous!

Camille

 

TAHITI ad lib

Ne me lasserai jamais de cette langue,

De ces paysages, de ces chants…..

De ces sourires…

Qui invitent à vivre plus

Léger

Et plus….

Grand

 

 

 

Alors, un jour,

Ecrire sur les îles….

Tahiti, Raiatea, Maupiti and co

Ôter les cendres et plonger dans le lagon….

 

 

 

 

Nana!

 

Camille

 

 

WOMAN-HUMAN

Oh , il est des artistes que l’on croirait issues d’une même peau

Il est des mots qu’on croirait issus de son cerveau

Collapsus maximalus!!

Ecoute

Elle parle de toutes nos larmes, toutes nos guerres, toutes nos alarmes

Nos compassions, nos résiliences, nos alliances

Nos errances et nos résurrections….

 

Ecoute….

 

« But I’m the kind of woman

Mais je suis le genre de femme

 

That was built to last

Qui a été construite pour durer

 

They tried to erasing me

Ils ont essayé de m’effacer

 

But they couldn’t whip out my past

Mais ils n’ont pas pu effacer mon passé

 

To save my child

Pour sauver mon enfant

 

I’d rather go hungry

Je préfère mourir de faim

 

Got all these wounds that just won’t heal

J’ai toutes ces blessures qui ne guérissent pas

 

Inside of me

À l’intérieur de moi

 

And my blood flows

Et mon sang coule

 

Through every man

A travers chaque homme

 

In this godless land

Dans ce pays sans Dieu

 

That delivered me

Qui m’a délivré

 

I’ve cried so many tears even the blind can see

J’ai pleuré tant de larmes, même l’aveugle peut voir… »

 

Ecoute cette voix qui te parle de toi,

Toi, quelque part…

Oui, toi aussi l’ami !

 

Allez, au tableau, on traduit tout seul maintenant!

 

« I’ve been called a witch

I’ve crackled in the fire

I’ve died so many times….

I’d only just coming alive…… »

 

Staying alive a aaahhhh…

Alive.

Vivants.

Pour toujours.

 

Camille

Toiles…

 

Minutes de magie pure avec Château, Troubadours et Belles Dames du Temps Jadis….

 

Tissons nos toiles de folie douce, de génie tendre….

Tissons nos toiles

Araignées magnifiques

Perles de rosée symphoniques

Tissons

Entrelaçons

Sans relâche

Aimons….

 

 

Portez-vous

Prenez soin de …

…La Vie!

 

Camille

RETOUR A…

« Ennemi à soi-même, comment aimer les autres? »

Il est urgent de revenir à soi afin de mieux retrouver autrui.

Il est urgent de sortir des plaies de l’enfance,

Des années de normalité hagarde,

Celles des masques dont on se vêt pour ne pas retrouver le couperet

…celui que l’on retrouve de toute façon

Parce qu’on ne se correspond pas

Parce qu’on se ment à soi-même.

Et qu’on se fracasse contre des surfaces en plastiques blancs

Qu’on prend pour des Paradis

Oui

Urgence d’un retour à l ‘Amour

Urgence de revenir au coeur

 

Avec cette Chrysalide qui décidément, innocemment, se retrouve là….

Merci Etienne Daho pour « Le premier jour »  et tant d’autres, mais aujourd’hui merci pour celle-ci qui colle si bien à ma vie….

….et à tant d’autres aussi….

Vulnérables et changeants…..

…..Métamorphosis Aeternalis….

 

Envolez-vous!

 

Camille

L’occasion de débrancher….

Et si le confinement était aussi l’occasion de se couper des chaînes mortifères, celles qui ne cessent de mouliner la peur 24h sur 24h….?

Comme elle disait, France:

« rester maîtres du temps et des ordinateurs… »

Se rebrancher sur nos lignes intérieures…

« Ecoute parler ton coeur… »

Revenir à Soi…

Créer

Redécouvrir la beauté enfouie.

Et la bonté aussi…

Dans l’oiseau face à la fenêtre,

Le chien, le chat,

L’enfant

Leurs regards…

 

Portez-vous bene!

 

Camille

 

Le temps pour….

En ces temps de confinement

Le temps enfin d’écouter, de déguster, de goûter le somptueux, le vénéneux, le voluptueux

Jean-Louis Murat…. 

Le temps pour un battement de cil éternel

 

Qui s’accorde si bien à ce temps

Hors du temps….

Dérive Jean-Louis, dérive

Berce-nous

Cambriole-nous le coeur….

Détruis nos formatages trop sages

 

Ombre et lumière

Tu sais faire

Miaou….

 

Prenez soin de…

Portez-vous bene

 

Camille

 

 

Pyramide and co le 21 Mars 2020

Le samedi 21 Mars 2020 à 16h30, j’aurai la joie de partager avec vous, pour la première fois, des extraits de « La Pyramide » mon premier livre paru en 1993. Fabienne Dominguez m’accompagnera, écho sororal bienvenu, démultipliant les vibrations initiales…

Cela se déroulera Salle de La Fondation Robert à Saint Jean d’Angély, tout près du collège et du stade, dans le cadre des Scènes de Printemps.

On y parlera d’Amour… entre autres….

 

photo 22 Mars 2020 Pyramide

 

Viendez!

En attendant portez-vous bene et…. ne cédez jamais à la peur!

 

Camille

De concerts en concerts…..

 

Après un concert magnifique de Jean-Louis Aubert à Toulouse, un peu comme celui-ci :

me sont revenues des images du temps passé où le temps ne passait plus..

Temps suspendu à des poussières d’étoiles,

Des communions d’âmes comme jamais.

Comme toujours…

Un cercle clos de douceur, de repos

Respiration sans égale…

 

O bienheureux troubadours, vous apportez aux êtres bien plus que vous ne soupçonnez.

 

Portez-vous bene.

 

Camille

Laissez-vous guider…

Laissez-vous guider…

L ‘âme agit…

 

Ne pas Tout dire

Tout définir Tout catégoriser

Tout rentrer dans des boîtes des définitions bien pratiques pour…

Pour quoi faire exactement?

Ouvrir des portes, se laisser embarquer larguer des bagages

Sentir à nouveau ses ailes palpiter

Se rendre compte

Même,

Qu’on en avait…..

Il y aura des mots

Des silences

De la musique

….Et tout ce que je ne sais pas encore..

 

Et tout ce que vous,

Par votre présence même,

Subtile essence,

Y apporterez…..

Affiche Camille Contrepied 1er fev 2019

Alors, venez!

Nous partagerons quelques minutes de vie ensemble!

Le Samedi 1er Février 20h30 au Contre Pied à Saint Jean d’Angely

 

 

Camille

Rencontre à la Médiathèque

Ces humains qui échangent, ces ondes qui vibrent…la vie!

Belle intensité au creux des murs de l’Abbaye de cette ville qui m’a si gentiment accueillie…

 

DSC02066

Un lien pour prolonger le parcours sur ma chaîne (vidéo, entretiens, billets d’humeur, lectures…):

https://www.dailymotion.com/camreve

Merci à vous!

Camille

Rencontre

Le mardi 3 Décembre à 20h 30, à la Médiathèque de Saint-Jean d’Angély , je viens à votre rencontre autour du thème du « travail » d’écriture ( devoir, mission, nécessité, respiration etc…) et de la découverte de mes ouvrages dont Padre Mio et Chrysalide.

Lectures et partages seront au menu.

RVDn3_chaton_28-05-2016_26

Je vous promets pas le feu de joie mais le coeur y sera!

A vous retrouver.

 

Camille Arman.

L’écriture au service de la Vie.

 

A venir:

Ateliers « A la rencontre de soi »

renseignements: camille.arman@gmail.com

 

Ceux qui travaillent

Vu ce film.

Subtil, profond, nuancé.

 

Une place au silence, aux regards, aux gestes épars.

De ces oeuvres qui nourrissent. Dont on ressort enrichis.

C’est le premier film d’Antoine Russbach.

Merci.

 

Camille

SOURIRE

J’ai une histoire particulière avec le sourire de Reims, depuis longtemps. Ou plutôt (ouaff, ouaff!!) ce sourire a une histoire particulière avec moi. Bref, nous avons une histoire particulière, depuis longtemps, lui et moi. Et de le retrouver là, champagne à la main, aux Bénédictines de Saint-Jean lors d’une expo sur le thème du Sourire, comment dire, cela me ravit (de la crèche, pourquoi pas!)!P_20190919_143951_vHDR_Auto

Vous me direz Reims-champagne, rien que du normal! Sauf que c’est a-priori non politiquement correct d’affubler l’ange d’une coupe, sauf que… l’art a tous les droits du moment qu’il irise la vie de joie! Et là.. Comment dire ça pétille dans les mirettes, c’est encore plus contagieux!

A la vôtre!

Camille

 

Tableau de Serge Dreuilh: « elle est pas belle la vie! »

Populaire Locataire

Je me rends compte combien Téléphone et particulièrement Jean-Louis Aubert sont toujours populaires et repris par les jeunes générations de musiciens…

De l’illustrissime Bombe humaine à Argent trop cher en passant par Cendrillon et ce magnifique Les plages, si actuel.

Tant de gamins tournent le dos à leur mère, tendent la main et partent prendre d’assaut un bateau qui les mènera vers un Eldorado d’autant plus fou qu’il aura été fantasmé…

Et pour eux le Paradis c’est Ici…

Et pendant qu’elle flambe sous les plastiques et loustics de tous ordres, que les poissons agonisent dans tous les ruisseaux de France et d’ailleurs, un appel, un rappel. Vingt ans déjà….:

« Protégeons la Vie qui nous a portés jusqu’ici… Je sais qu’il faudra moins nous abimer, qu’il faudra moins L’abîmer…… »

Loca-terre (1989…………………………………………)

 

Et pour tous ceux qui se sentent -parfois, souvent-orphelin d’un ange… Le superbe:

 

Bella notte!

 

Camille

Toujours dans ma tête…

Depuis que…toujours dans ma tête.

M…. quand t’apprends ça. « Encore un qui a rejoint les nuées! ». Eh, restez un peu avec nous les poettes, on a besoin de vous, et sacrément par ici!

Même quand vous « faîtes rien » vous êtes, vous purifiez l’air, vous…

Nous lâchez pas trop vite tout de même, j’voudrais pas dire mais y ‘a tant de troncs secs qu’arrêtent pas de pourrir en liberté…. Faut aimer tout le monde « mais » quand même….

Vous, vous surfez tranquilles maintenant et nous on rame dans la boue, la joie, la boue , la joie, les orages, les faux serments …Vous, la joie c’est tout le temps!

« Pas si tôt », réflexion con, réflexion quand même. Trop tôt. Comme Bashung, comme Freddie, comme…. non, bizarre, y »en a que ça me dérange moins voire pas du tout, j’sais pas pourquoi!

L’aigle de Barcelone, le nomade, et cette voix si particulière qui touchait au coeur…Bon… Impermanence, tout passe, gnagnagna…Oui, cela n’empêche pas de célébrer une singulière présence…Où que l’on aille…..

Je vous laisse sur ce clip si sensuel si vibrant…Plein de belles ondes.

Portez-vous…comme un aigle!

Camille

 

Heureuse découverte

Ca me botte ce métier de correspondante!

Ca me fait rencontrer des gens, ça me fait comprende qu’être journaliste c’est pas évident!

Comme dans tous les métiers: du dehors c’est fastoche, du dedans.. c’est pas que!

Impératifs, neutralité, objectivité, curiosité, diplomatie, adapatabilité, rapidité, esprit d’équipe….

Un dévouement aussi. Un truc pas que pour sa gueule. Une sorte de contribution -modeste mais présente- à la bonne marche du monde…

Fallait pas toucher à Edouard!

Le journalisme, je découvre. Joie des partages, joie des rencontres…

Parfois aussi je tombe nez à nez avec des gros egos qui passent pas les murs d’un ‘ »petit » hebdo. Jusqu’ici c’était sourire et joie, mais fallait bien que ça arrive. C’est mon premier, j’ai fait mon baptême hier..

« Pas le temps, pas assez important « et puis « lisez les autres articles ça m’évitera de me répéter!! »

Calme la moutarde qui te monte au nez Camille, calme!

Eh Monsieur, je fais pas de la resucée, si je vous appelle c’est pour avoir de la fraîcheur pas pour me faire iech à recopier des confrères, ça m’a jamais botté, moi mon truc c’est la spontanéité!

Oui vous vous travaillez dans des sphères qu’une pékine moyenne comme moué peut même pas  envisager, je sais bien vous êtes zun Nartiste, vous savez me le répéter. Moi une emmerdeuse qui vous fait perdre votre temps précieux. Moi pas Paris Match ni TF12 devant lequel vous auriez déroulé le grand jeu, moi coucouche panier recopie sois conne et tais-toi!

Ah, mais moi pas beaucoup élaborée pas autant que Votre Suprême Autorité mais moi ressentir beaucoup les choses et les gens vous savez. Vous vous en fichez royalement, mais votre papier par moi vous l’aurez pas.

Et surtout, surtout au-delà de votre mépris envers moi, fallait pas toucher à Edouard!

 

 

Camille Arman

L’Ange et Tout

Nouvelle passion: faire des rencontres et écrire des articles pour l’Angérien Libre.

Cela satisfait ma curiosité naturelle, ce besoin de bouger, de ne jamais ressasser, de découvrir, d’écouter battre le coeur des hommes.

Cela me fait sortir de l’ermitage douillet. Cela bride mon alezan et m’oblige à la mesure.

Cela établit de nouvelles connexions en moi. Cela crée de nouvelles visions, nettoie les a priori (il en reste toujours de bien cachés au fond, derrière l’armoire).

Je me retrouve au point Zéro, ouvrant grands les yeux et les oreilles pour ne rien rater du monde qui va… ça me va!

Je savais que déménager allait changer ma vie…En huit mois déjà, tant de bouleversements, de virevoltes et d’apprentissages…

La vie est surprenante si on la laisse faire!

Portez-vous bene!

 

CamilleA de Arman

 

 

 

 

RENCONTRES AVENIR (proche)

Deux dates autour de Padre Mio à St Jean d’Angely.:

-Le 9 mars Partage au Ze Fun Bar (4, avenue du général Leclerc) à 15h

et

-Le 30 mars dédicace de 10h à12h

à la Maison de la Presse, rue de l’Hôtel de Ville.

 

padre-mio-1-600

 

A bientôt!

 

Camille

Merci M’sieur!

 

Le feu la gueule

La classe l’errance

La folie

L’au bout du bout de la nuit

 

 

Ces airs qui te suivent toujours

Vaporeux,

Entêtants

L’audace l’innocence

Le culot l’insolence

Le partage

La joie

L’amitié

Et puis comme un nuage

Passant sur tes yeux

Parfois.

L’entêtement de vivre

Ici-bas.

Merci M’sieur!

 

Camille

RIEN A JETER…

 

Réécouté l’album mythique, celui de La maison du bonheur…. 1982. Rien à jeter…

ah le biceps amoureux…

Et celle-ci, tellement d’actualité…

j’veux être ta voix pas être ton roi….

Et ce joli duo plein de tendresse…

Ton coeur  est pas encore rouillé même si…

J’ai le coeur comme une ornière…

 

Belle nuit en ballades….

Camille

 

 

Il y a

Il y a eu Angers, la Guadeloupe, l’Italie (forcément!) et même Stendhal ( le filou adorable) qui sont passés par là!

Il y a eu de belles larmes, de belles âmes, dans le silence, les regards et les  mots rares, juste à l’intérieur, juste dedans…

Mon Padre sait parler aux coeurs, just in the air, like always….

On a pris le temps…

Merci!

 

Camille

Juste une mise au point…

Bon, merci plus que merci à ceux qui aiment Padre, les regards, les mots de ces êtres-là me touchent infiniment.

C’est toujours ce que j’ai visé: le coeur des hommes (eh!), des zumains, vous m’aurez comprise… Ah les mots les mots! Maintenant oui, plus y’a de monde qui apprécie, plus le négo il aime, il rayonne, il pavane. Bon, n’empêche que rentré à la maison, il est toujours seul avec son baluchon et devient addict aux like, aux ze t’aime toi, oh toi, toi mon toit! etc etc…

Dans ces moments-là, grand père Stendhal (exclusif!!!) me susurre à l’oreille (et il susurre fort, Papy!):

« Eh piano, la Castafiore! Tu écris peut être pour des êtres qui ne sont pas encore nés, alors tu vas pas te démantibuler le cerveau pour promotionner un livre (des livres) qui fera son chemin comme tous les autres…. Qui touchera ceux qu’il doit toucher, sans les forcer, sans offre spéciale sans…. Hai capito! »

Oui, quand Papy Henry Beyle comme ça, j’abdique!

Alors, je vois Vincent tout auréolé de lumière qui me fait OK du fond des blés….

Je crois aux vibes , je crois aux rencontres, je n’ai jamais cru au forcing (j’en connais un bout: ça fait vomir!). Tant de livres « incontournables, soit disant exclusifs, nouveautés, « vu à la télé », etc.. finissent mal, si mal en général, (en commandant aussi d’ailleurs….).

Je me suis amusée à faire l’émission de JCC sur FPP, j’adore toujours, c’est simple bon enfant, on se prend pas le chou.

J’ai intégré à la naissance un capteur d’ennui et tout ce qui m’est pénible me met dans une léthargie profonde. J’ai choisi les pièces de théâtre que j’allais voir pour le blog. Je n’ai jamais commenté que celles qui me faisaient « vavavoum », les autres vivaient leur vie…sans moi!

La vie est courte, et avec l’âge je ne m’arrange pas- ou bien je m’arrange c’est selon les points de vue-, mais faut surtout plus  me dire de gesticuler plus loin plus haut pour dire oh qu’il est beau mon chapeau, qu’il est beau! Bien plus beau que le papeau de l’autre Zozo!

Que ceux qui pensent que Padre est chiant restent avec leurs pensées, que ceux qui pensent que ça peut continuer sur « Il mio cane » n’ont peut-être pas tort! Pas Guillaume, non, on n’est pas encore assez intimes!

Je récapitule: je fais ce qu’il me semble bon de faire pour Padre et toute la clique, ce avec des personnes qui aiment « les livres » en général. J’ai la prétention de croire qu’il véhicule autre chose que de la poudre à récurer.

Le reste du temps j’inspire et j’expire, je cartonne (bon sang qu’est-ce que je cartonne en ce moment!).

PS j’ai vu deux hirondelles dans le ciel bleu de Seine et Marne (oui ça arrive!) aujourd’hui et ça m’a fait achement plaisir, vu tous les pesticides et gnagna et gna  gna gna…

 

Portez-vous bene!

 

CamilleA de Arman

 

Et pour le fun, in french!

Le lire et le dire FPP et Padre en live!

 

 

FPP PADRE 7

( essai de voix, tout est sous contrôle!)

 

Voici le lien vers l’émission diffusée sur FPP

https://www.grosfichiers.com/3G6QTuzvGqC3E

Il reste dix jours pour copier le lien et télécharger le fichier, ensuite vous l’écoutez quand vous le désirez!

padre-mio-1-600

 

Merci à vous!

Camille

 

PS Je reprendrai les cercles « littéraires » (mais pas que) sous d’autres cieux. Oui, « c’était bien » !

 

Rappel:

le 9 juin à la librairie Cyrano à La Ferté sous Jouarre

le 16  juin à « Une rue fête les arts » rue Louis Braille à Maisons -Alfort.

 

 

MON LOU

Une femme, un homme, une rencontre. Quelques mois, la guerre, la séparation , l’absence, l’imagination, la souffrance. L’écriture comme armure, bouclier, garnison. Raison de vivre, guérison.

C’est tout ça, Lou et Apollinaire. C’est la passion, l’excès, la folie des sens, la nostalgie dans un seul sens, la poésie.

C’est les tranchées, la guerre, les éclats d’obus, fleurs noires tracées sur la feuille blanche des rêves des poilus. Journées mornes se succédant aux journées mortuaires. Coeurs de boue, corps de pierre, une lettre comme un lit qu’on déplie…

« Nous », Lou, lui. Mots incendies qui retentissent bien après que l’écho a rugi.

Mon Lou affiche

Moana Ferré interprète magistralement, sensuellement, farouchement, Lou la fière, la frondeuse-ensorceleuse du poète ensoleillé. Elle vit sa poèsie à pleine bouche, à pleins bras, déversant nonchalemment quelques gouttes de sang métaphorique sur une terre grasse de trop d’éclats.

Spectacle magistral, émouvant. Clap spécial pour la mise en lumière et la scénographie. Les spectateurs mettent du temps à se lever, le coeur encore embrumé de mots d’amour, le corps encore un peu là-bas, dans ces tranchées glacées où l’espoir de beaucoup d’hommes résidaient en quelques traces d’encre valsant sur une feuille de papier… Reçues, échangées. Cela s’appelait je crois… le courrier. C’est ça, drôle de nom… le courrier!

Allez-y!

C’est jusquau 23 juin, du mardi au samedi à 19h dans l’excellent théâtre du Lucernaire à Paris. tel 01 45 44 57 34

 

Et, et… Portez-vous bene bene!

Camille