J’vivrai dans un tipi…. ou bien?

Résultat d’une balade d’une demi-heure dans une petite ville de France….« Bon, on est en vacances Youpi! on s’en fout des rabats-joie, consommons et youplala! Sauf que ça passe pas ., visuellement, moralement, citoyennement… »

C’est quoi; ces mots? hein? Sois plus claire on comprend pas!

Heu… juste ras le bol par moment de ce cirque. De ces mots « fraternité, confiance, écologie, solidarité etc… » utilisés, galvaudés , sortis de leur contexte juste là pour te faire banquer ou déposer en temps utile un bulletin dans l’urne qui te criera bientôt : « Niqué(e)! »

Oui un retour de ras le bol contre la bêtise (même si la mienne je la vois pas gnananananana!!), les faux gentils, les satisfaits du pantalon, le triomphe de la médiocrité (même si la mienne je la vois pas gnananananana!!).

En 1981, quand j’ai vu un crane triompher d’un autre, j’ai cru au renouveau, tout allait changer, être plus beau. Fini les inégalités, le triomphe du fric et de l’irrespect…. Basta! Niquée la nana, et pas que moi. Tous les hurluberlus que je connaissais, les Peace and Love à la sauce Genesis, Supertramp, Téléphone etc.. Tous les Ecolos-romanticos, les refaiseurs de monde non loin du G.R 20. On y croyait. On était cons.

Maintenant, on fait sa révolution dans son coin, on médite, on se pacifie le ciboulot pour pas disjoncter. On y croit. On lit Werber, on est des fourmis hésitant entre laisser pisser, « après moi le déluge! » (« en vrai » non je peux pas!) comme les autres et soubresauts d’Etna. Remarque que les volcans quand ça se réveille ça fait des dégâts!

Mais que c’est criste, que c’est criste Venise bon sang, quand tu veux pas fumer ou te bourrer la gueule pour oublier que no futur . Exemple, hier sur une plage : » Bon, je dépose Mamie à l’église et après on va se bourrer la gueule!! Vaste programme « d’éclate » estivale!!.. Cela a toujours été, ok, mais bon… cela m’a toujours choquée qu’une vie si précieuse soit passée la tête dans le sable pétrolisé!

Marre d’être con-sensuelle. Pas dans mon sang ça! Eh Dieu, Vishnou, Brahma, que c’est dur de se rogner les ongles et les ailes pour essayer d’être qui t’es pas !

Faut que ça bouge, que ça oeuvre, que ça crée, que ça dynamise au lieu de toutouiller sans cesse sa cuillère dans un plat de soupe aux haricots froids, les yeux rivés sur des écrans plats.

Sortez les gens, sortez de vos carapaces de vos masques tordus ceux qu’on vous a vendus pour pas être qui vous êtes, en fait!

Sortez, hide in your shell, regardez autour de vous bon sang !

Arrêtez de con-summer, Soyez!

Camille, un jour d’Août.

 

If I can help you, if I can help you
Si je peux t’aider, si je peux t’aider
If I can help you, just let me know
Si je peux t’aider, fais-le-moi juste savoir

 

L’ESPRIT-MATIERE

Aller vers son être. Vibrer sa note particulière, oeuvrer, créer et si c’était le « but » extrême de toute vie?

Faire basculer les parts d’ombres vers le cercle de Lumière…

Aux flammes et caetera.

Il n’y a pas de »résumé » possible à ce spectacle intense autour de la pensée de Teilhard de Chardin, juste des résonances dans la vie de chacun, qui se mesurent au silence plein entourant le clap de fin.

Immense présence des deux artistes, Brigitte Damiens (une classe royale!) et Eric Auvray, lors de ces échanges de haute volée dans ce petit bijou de théâtre comme on les aime tant. Tous ces lieux qui ne tiennent que par le coeur au creux de Paris, non loin de cette Seine qui charrie les passions… Merci à vous aussi qui pulsez la vie!

Chères ondes vibratoires, courez-y!

Théâtre de Nesles , 8 rue de Nesles, Paris 6ème.

01 46 34 61 04

du 30 janvier au 24 mars 2018, mardis à 19h et samedis à 16h.

Retour aux sources

 

Créer, créer , créer…

A n’en plus finir.

Créer à en mourir

Comme tous les Sublimes

En quête éperdue

De l’inaccessible Absolu

 

Au coeur de l’étuve magnifique

L’espoir et la force  têtue d’un homme

Que rien n’ébranle plus

Que la perte

Des couleurs de son âme.

 

Quand le coeur des humains fuit à tire d’ailes

La Nature vous parle

Tout doux…

 

 

 

Revoir ce pays que j’aime

Sublime Sauvagerie en diadème

Dolce emozione…

 

 

Portez-vous bene!

 

Camille


			

Quelques mots…

Après la sidération, le silence,

Une énergie et quelques mots…

Après les évènements de Charlie, on a tous été un temps stupéfaits et puis on a réfléchi et puis on a marché.. ou pas. Mais cela nous a fait « quelque chose ».
Cela a remué en nous des rêves enfouis. Cela nous a peut-être servi à être plus vrais, au fond…

 

Portez vous bien…

Camille

a-de-arman (2)

Merci !

« La Forme de mon Désir » a la forme.

Merci à nos amis, soutiens et fans!

Sans vous, moins de pêche et d’entrain pour continuer sur cette voie folle de la création, qui n’a de folie que le nom, celui dont l’enveloppent les seuls vrais fous à mes yeux : les non-rêveurs, les imposteurs de vie passée à genoux aux pieds d’une déesse insensée qui les méprise du bout du nez…

Les écornés du cœur qui pleurent sur leur rosier crevé, un seau d’eau plein à la main. Les briseurs d’élan, le cerveau en fauteuil roulant ….

Je croyais un jour m’user, je ne m’use pas. Pire, je régénère ! Quand on se branche à la source, le courant est continu… Alors, je musarde parmi ce monde-là. Même s’il  me semble un peu las… Y apporter de la joie, des instants en suspens et du sens me convient bien.

Prendre au sérieux la légèreté nécessaire de la vie.

Sans Messie.

Merci !

NU

Journée du Nu légal (brrrr…..) ou du porno ? sur FB….

Préfère pas commenter.

Préfère laisser parler cette nudité que personne n’écoute, cette « chose » si accessible que personne n’y prête attention….Manque de coeur ?

Le coeur et l’attention , c’est pareil…

Bon, laissons parler ce sale mec, ce macho, ce dégueulasse qui insulte les gentils amis des tvs, ce mec infréquentable, ce réac , ce bouseux, ce malpoli, cet…

ange perdu…

espèce déjà disparue…

« Pour moi la grande intrigue c’est le plaisir des femmes. J’ai l’impression que la fonction à peu près utile de l’homme, ou d’un mec comme moi, c’est de donner du plaisir à une femme, tout en restant totalement étranger à ce plaisir là.
Il me semble retrouver tout le mystère du monde, tout le mystère de nos vies, de la création. Tu es au coeur d’une femme et tu es au coeur du monde. Tu frôles la mort et le chagrin, malgré tout, tu es dans la joie et le plaisir émerveillé et intrigué. Rien de culturel la-dedans. Ça reste strictement animal, mais tu atteints le plus grand moment de spiritualité. »

JLM via le blog de Didier Lebras.

rien de culturel là-dedans… Strictement animal, mais..plus haut degré de spiritualité…..yeah !

Et si je puis me permettre : au chiotte les techniques, les 45 degrés celsius, les discours, les docteurs es prothèses, les playmates, au chiotte ! Coeur coeur coeur !!! Merde !