L’EFFET JARED

Un ange est apparu sur scène et tout a flamboyé.

Une de ces clameurs comme une vague qui vous enrobe de douceur et d’humanité a surgi. Une vague qui nous réconcilie .

Une de ces clameurs qui te nourrit, toi si mince, si mince, si bleu,  électrique…

Une de ces belles clameurs retrouvées.

Et puis ce chant embrasant, ce chant qui me trotte depuis cette fameuse nuit. Sans discontinuer. Au réveil et jusqu’au lendemain à la vente du paiing!

-Un bavarois, walk on water! une part de flan? Walk on water!

-Deux rochers coco, yes you can !!!!!

Oooo ooo do you believe it? Do you believe you that you can win this fight tonight?

Yeah!!!

In the end the choice was clear! Trois pains chocos et un merci de délivrance! Pleasure killed apparences

Et face à moi, les rendements et les notes de services autour des brigades suisses explosent en confettis…

Jump!
Take a shot in the face of fear!

Times are changing.

-Take a shot in the face of stress and profitability!

Je diffuse sur la bonne fréquence

Et un sourire fleurit au-dessus d’un costard…

Une grenouille sur un nénuphar

Irradie

Times are changing!

Ooo ooo

Ondes vibratoires

L’effet se poursuit…

 

Do you believe?

 

Camille

Des ascenseurs…

Coucou!

 

Je reposte cette vidéo afin de reprendre courage après les blacklistages et autres péripéties.. Il ne suffit pas d’avoir envie de partager et d’y mettre tout son coeur, il faut passer les barrages, les contrôleurs, les censeurs qui bloquent (ah les sans-soeurs bloqueurs !)…

Bon, y’ a pas le feu au lac, on saute l’obstacle, faut juste le temps de digérer !

Cette vidéo est tout à fait dans l’esprit, avec le feu qui nous réchauffe le coeur en cet hiver qu’on n’attendait plus!

 

 

 

On ne lâche rien!

Portez-vous bien!

 

Camille

F(L)AMMES

F(L)AMMES,

textes et mise en scène Ahmed Madani

 

Flamme, lumière verticale, née de la forêt et de la terre, qui ne croît que grâce à l’air qui la porte , lui insuffle vie, la multiplie.

Femmes porteuses du feu intérieur, qui embrase le ventre et le coeur, porteuses de sang, de cris et de mystères. Le souffle des mots les pousse à l’avant d’elles-mêmes, celles qu’elles ne soupçonnaient pas être, mais commencent à reconnaître au détour d’un écho.

Comme une douceur cachée sous le pli des oublis de soi, des dénis, des traumas.

Toutes dansent en mode piano, allegretto ou fortissimo. Histoire de terre, de père, de mère. Histoire d’exil, de perte de repères. Trouver son équilibre au sein des villes périphériques. Quelques lueurs, quelques professeurs…Mais le rejet qui se noue au fond des tripes, et les « pourquoi moi? » qui n’en finissent pas….Blancheur, noirceur. Qui est plus conforme à qui, à quoi, à quelle loi ? La colère qui fait son jus de tout ça…

Tout cela a t-il un sens, dîtes-moi ?

« Je est un autre » dit l’une d’elle. Le poète se voyait différent, on peut se sentir tel dans la foule des passants, pourtant…Je est tous les autres aussi parfois. Et c’est la salle debout à vous applaudir toutes dans vos « différences » chamarrées, mesdames, mesdemoiselles, différences unifiées lors de cette Célébration, c’est la salle qui vous renvoie en bouquets sonores la belle énergie que vous avez déployée et nous fait entrevoir le plus riche des tableaux.

Universalité des tempos.

Bravo.

Camille Arman.

 

A voir:

La Maison des Métallos jusqu’au 29 Octobre, tel 01 48 05 88 27.

Théâtre de la Tempête, Paris 16 novembre au 17 décembre, tel 01 43 28 36 36

et en tournée…

 

 

 

 

Déjeuner chez Wittgenstein

 

dejeuner-wittgenstein

Déjeuner chez Wittgenstein

 

 

Au départ, deux sœurs. Elles préparent le retour du frère. Autant dire de l’idole. L’une s’agite, dresse une table dans les règles de la plus logique mathématique, l’autre commente, distante, lit le journal, fume et pianote selon son humeur… et son tempérament qu’elle a grand.

 

Dès l’entrée, des lignes de fuite, la mise en lumière de tensions familiales, de révoltes, de non-dits. L’une, l’aînée, la dresseuse de table, la maternante, tout en componction et en adoration et L’autre, plus indépendante, apparemment, plus critique, affirmée ne cesseront de se chercher de se taquiner tels de jeunes chiots à peine sortis du panier, un coup de patte, un coup de fraternité. Tous crocs dehors lorsqu’il s’agit de chercher en l’autre les manques, les infirmités ou les trop plein du cœur. Toute solidarité requise dès que le frère arrive faisant émerger des peurs enfouies. Face au monstre, ces « dames » redeviennent petites filles terrifiées par les facéties (ah, le fabuleux destin d’une nappe brodée bousculée dans sa rigidité en plein repas !) et les colères du frère aîné.

 

dejeuner-wittgenstein-2Nous assistons à une lente déconstruction, drolatique, pathétique, volcanique d’une structure bourgeoise par les passages à l’acte d’un « fou ». Les fous sont là pour ça, non ? Fussent-ils philosophes ou pas !

 

C’est une lente chute vers le chaos. C’est une valse lente à laquelle se livre le trio. C’est à une inversion des rôles, à l’image des portraits des aïeux scrutant jour et nuit les vivants, se trouvant soudain malmenés, loin du respect morbide qui les a jusque-là protégés. C’est l’effondrement salutaire de traditions mortifères, d’us et de coutumes dignes de tous les caveaux. Le fou en est le chef d’orchestre. Les sœurs, les exécutrices passives, apeurées ou amusées… Entre vaisselle cassée et profiteroles engouffrées, jusqu’au dégoût.

 

De tout.

 

Pour porter ce texte de Thomas Bernhard, il fallait un souffle, une énergie rare. Celle des trois comédiens est exceptionnelle de densité, de présence… et de drôlerie ! Chacun dans son registre nous donne à voir, à déguster le cru millésimé d’un grand producteur. Quelle belle cuvée, régalez-vous : Champagne !

Théâtre de l’Atalante

10 Pl Charles Dullin 75018 PARIS

Les lundis, mercredis et vendredis à 20h30

Les jeudis et samedis à 19h

Le dimanche à 17h00

Jusqu’au 4 Décembre 2016

Réservation (vraiment conseillée) au 0146061190

 

a-de-arman (2)

Illusion

Quel festival de vitalité, d’humour décalé, de sauts de puces, de kangourous et d’entrechats pas mous!

 

Spectateurs qui entrez ici, lâchez tous vos repères et laissez vous porter, vous entrez dans une zone de turbulences de poésie et d’hilarité.

 

Il n’y a rien à dire car ce spectacle échappe à tout répertoire, il balaie un tel panel d’émotions tout en creusant aux profondeurs de l’être que l’on en reste coi et gai.

Bravo à tous ces jeunes comédiens, musiciens, chanteurs, danseurs qui impulsent par leur foi et leur diversité une force phénoménale à ce texte d’Ivan Viripaev, expert en jeux de miroirs, cassages de poncifs et dégringolades en escaliers!

La mort n’est plus la mort et la vie n’a peut-être jamais existé telle qu’on l’avait envisagée!

 

J’ai ri . J’ai adoré!

Des lycéens rétifs se sont laissés prendre au piège. C’est un bon critère d’excellence, ils sont implacables.

Alors…. Courez-y, avant le 24 Avril!

Camille

a-de-arman (2)

Bilan: Passionnant!

A force de faire des chros de théâtre, un jour ça donne envie de se lancer « pour de vrai »!

Voilà qui est fait!rideau

Baptême du feu hier, jouer une jeune première fière de figurer dans une daube et une femme sur un banc attendant….?….

Bilan : c’est hyper revigorant!

Ne pas se prendre au sérieux

Faire au mieux de ses sensations,

Revivre,

Aller chercher  dans les profondeurs pour mieux incarner.

Travailler la voix

Faire sortir le son éteint sous les bouquins:

Passionnant!

Vivement lundi prochain!

D’ici là portez-vous!

 

Camille

 

 

a-de-arman (2)

Image de soi(e)…

Bonjour à tous!

 

Qu’est-ce qu’on véhicule ?

Quel miroir tendre à l’autre?

J’écris pour  le tendre…

J’écris pour l’attendre.

Les Fées le savent bien !

 

Et souvent,

Il me renvoie

Comme un boomerang

Un drôle de clown

Une vierge rouge

Ou une face de rat !!!

Ah ah ah !

 

Image de soie

De soierie intense

D’intenses émois.

 

Portez-vous bien !!!

 

Camille

A de Arman