Le Roi René

Sans tambours ni trompettes

René

Le coeur pour tout oriflamme

René

 

Le Roi René

De toutes nos fêtes

Et

Plutôt deux fois qu’une

René

L’amitié en bandoulière

Sur les bords de Marne

Ce soir

Près de ton petit paradis sur pilotis

Nous avions le pas plus lourd

 

La Ferté 5 octobre Champagne

 

A ce millésime exceptionnel que nous devions partager dans les jours, les heures à venir…

A tous ces gestes simples et silencieux

Qui  nous parlaient tant

Rien n’était plus important que le Partage

Jusqu’au bout du bout de l’épuisement.

 

Bon retour sur tes terres bretonnes

Cher druide

Cher homme

Humble et bon

Au regard inégalé.

 

Camille, un jour de mi-juin.

L’A 380 et l’écriture

L’écriture est une pratique qui aime le calme et le silence. Presque le retrait.

Il y a des coïncidences qui font que l’on fait ce que l’on ne pensait plus devoir faire, juste parce qu’on a un peu décalé l’angle de vision de « pourquoi on le fait ».

Oui il est vain à mon sens d’arguer contre le manque de lecteurs (et patati et patata…) Suicidez-vous donc avec une plume d’oie que vous n’avez plus, que vous n’avez pas, si le désespoir vous étreint de tant de malveillance d’injustices d’époque etc….

Une fois qu’on a dit ça on marine dans son foie (ou sa bile, ça dépend des cas!).

Soit écrire fait bander, soit ça fait pas.

Si pas, pas la peine de continuer.

Ces radicalités je me les applique en premier lieu quand mes scrogneugneux me dévastent la paroi!

Donc j’écris dans le silence et le bruit des réacteurs de ceux qui s’envolent vers un ailleurs dont on espère qu’ils reviendront grandis sinon ça sert à rien DU TOUT de partir si loin pour revenir aussi con qu’on est parti!A380

Et au rythme où les A 380 passent au-dessus de ma tête en ces périodes de printemps et de ponts et de billets dégriffés hors périodes scolaires (vous avez voulu des enfants, dansez en rond autour du foyer maintenant!) ça va nous faire un paquet d’êtres de lumière qui vont nous revenir sur le tarmac dans peu de temps!

Donc j’écris et irai voir sur les bords de Marne dimanche  à Château-Thierry si j’y suis. Sous une tente blanche sans faire la manche ni alpaguer le passant -qui est là pour passer, lui!  En prenant un max de bon temps et en laissant la vie couler, telle la rivière émeraude que j’aime tant.

Tant mieux si je vous y croise!

a-de-arman (2)

Camille

 

La Fontaine aux livres à Château-Thierry de 10 à 18h, le long des bords de Marne on peut pas louper!

 

Article de presse pour LES FEES!

Bonjour à tous !

Retour de vacances mouvementées,

Aïe ma tête, alouette !

Et puis cet article…parce qu’il y a des rencontres qui comptent et que la fidélité est une denrée (rare?) à déguster….sans modération!

 

Merci Pascal!

A bientôt et merci pour vos soutiens et partages si importants pour continuer sur le chemin…

 

A de Arman

 

 

 

 

Cliquez juste sur l’article pour l’agrandir…
Camille Arman Les fées miroir jpeg

Marmottons, marmottez…

Bon, allez,maintenant on planque les tablettes de chocolat dans les cases et on  passe à la séquence lecture !.

Depuis l’été 2010 et la sortie de Mama Mia, le journal « La Marne » m’accorde une pleine page dans le focus « Loisirs » pour présenter le p’tit dernier. Sympa !

Le rendez vous pris avec Pascal Pioppi pour la sortie de « La Forme de mon désir » nous a permis de passer un agréable moment sur un banc, au coeur de la ville meldoise…Tintintin !.

Les réponses ont pu surpriendre notre ami mais l’idée de se prendre au sérieux nous fait hurler …de rire ! Laissons cela aux politiques , ils le font si bien !

Vous disposez de l’article sous forme de lien, faites passer !

 

Si vous aimez le chocolat sans fausse note

Évitez le choc au la

Alors mettez-y le ton

Sans aller à la pêche pour autant !

Salut  les marmottes!!!

 

Camille Arman

 

La Marne-Meaux-02 10 13

La F(i)erté ce soir…

« Voilàààààààà, c’est fini,

Peut-être après-demain je te retrouverai… » »

Ça a commencé sur les chapeaux de roue, juste le temps de se poser et hop, un chocolat fumant nous arrive.

Ça c’est le Clémence’s style !

( Parce que parmi les bonnes résolutions de rentrée, il y a noté sur le frigo : arrêter le café, s’endormir tôt, arrêter l’apéro, euh……..)

La Ferté 5 octobre Arrivée

On s’installe, tranquille, pensant prendre nos marques, comme d’habitude. Compter les stylos sur le bureau… Ben non !

C’est venu d’un coup, comme un tsunami gentil, on s’est retrouvé quasi Mussoisé, 4 personnes leur livre à la main, attendant la signature….

Certains sont partis car il y avait trop de monde autour de la table ! Un comble, my dear !

Je me demande parfois s’il faut continuer, mais le doute est levé. Pas eu le temps de regarder la montre que je n’ai pas au poignet  !

Faut dire que l’article de Pascal Pioppi nous a bien boostés. (On le diffuse semaine prochaine ici-même, histoire de ne pas nuire à la presse hebdomadaire régionale, normal!)

Ainsi que l’entretien sur Fréquence Paris Plurielle. ( Bonjour Jean-Claude, si tu m’entends… ! Si si, j’assure pour la chronique de mardi à la radio, ne prépare pas le revolver ! Même si je ne sais pas encore qui va passer à la casserole, à feu très très doux !!)

Et là, soudain, la foule en délire ayant regagné ses foyers, René est sorti de son Repaire, tel un renard breton lâchant ses galettes et sa foire aux vins un instant…..Tintintin..!

Ah, oui, au fait, que je vous précise, René c’est le pote de Sylvain, ils sont sortis du même tonneau !

Poup’s, !

« Oh ! Du Champagne! Fallait pas, c’est trop gentil !!  »

Et voilà Clémence qui arrive, alléchée par toutes ces bulles….

Si toutes les libraires étaient comme elle, peut-être que les ventes s’envoleraient , non ???

La Ferté 5 octobre Champagne

Champagne grand cru, du Chardonnay pur jus, avec des notes d’agrumes, genre pamplemousse (c’est le pro qui le dit, je n’oserais pas) ! C’est sa dernière bouteille, conservée pour l’occasion, il savait qu’on venait, René!

Délicat notre caviste préféré…

On se met à l’écart pour trinquer. Un paparazzi nous retrouve, pas moyen de s’isoler.

La ferté 5 octobre

Ouf!  Mais qui a inventé les fins de journée ? On serait bien resté un peu, on commence à se faire des ami(e)s depuis près de 4 ans……

Difficile de rentrer à la maison, on est survoltés et c’est bon.

Merci Clémence, on t’a mise en retard pour le dîner !

Allez, tes amis connaissent ton métier et auront bu un verre en attendant…

Comme nous !