Pyramide and co le 21 Mars 2020

Le samedi 21 Mars 2020 à 16h30, j’aurai la joie de partager avec vous, pour la première fois, des extraits de « La Pyramide » mon premier livre paru en 1993. Fabienne Dominguez m’accompagnera, écho sororal bienvenu, démultipliant les vibrations initiales…

Cela se déroulera Salle de La Fondation Robert à Saint Jean d’Angély, tout près du collège et du stade, dans le cadre des Scènes de Printemps.

On y parlera d’Amour… entre autres….

 

photo 22 Mars 2020 Pyramide

 

Viendez!

En attendant portez-vous bene et…. ne cédez jamais à la peur!

 

Camille

Il est des jours où on se réconcilie avec le monde

Il est des jours où on se réconcilie avec le monde. Pour moi ce fut ce mercredi 14 Août. Un air plus doux, une déambulation dans les rues et ruelles et venelles et passages de Saintes.

Un accompagnement de jeune fille en partance pour le grand Sud, une attente de train sans impatience, un au-revoir joyeux. Un longement d’avenue, un arrêt aux églises. Un regard sur nos contemporains qui déambulent eux aussi, glaces ou paninis à la main. Un café, un vent qui vient du plus profond du ventre de la Charente. Un esprit léger (ça arrive!). Au retour, des politesses entre automobilistes du style:

« Après vous Messire,

Mais non, je n’en ferai rien, gente dame »  etc..

Un truc que tu croirais que ça existe pas et pis qui existe quand même, dis donc!

Un parcours comme ceux que j’effectuais dans Paris du temps de « La Pyramide », ou dans Roma la bella…  Un parcours d’insouciance et de joie profonde.

Voilà, il faut le dire aussi: Merci la vie de nous permettre de goûter à « Tout ça », ces instants de rien qui nous remplissent d’un grand Tout!

 

Portez-vous bene!

 

Camille

Retour d’une séance de signatures…

 

C’est hyper sympa les signatures mais je me dis souvent que j’aimerais vous y retrouver « autrement » et échanger autour des thèmes abordés dans mes livres ailleurs que dans un coin de rue ou entre deux portières de voitures.

 

Depuis « La Pyramide » je ressens cette passion, cette nécessité du partage. Depuis « Mama Mia », elle n’a cessé de grandir, je n’ai cessé de grandir et de mûrir en conscience, de passer du psychologique au spirituel si on veut employer des mots clairs pour tous.

Je prends aussi conscience que l’Écrit vibre encore mieux lorsqu’il  se conjugue à l’oral, il y gagne en puissance et vibration.

Je suis donc prête pour ce passage, l’ayant déjà expérimenté à la télévision et en radio. Un café littéraire, pourquoi pas ? Il y a tant d’autres formes à imaginer (conférences-débats, ateliers…)

Les thèmes de la filiation, de l’adolescence, de la maternité, de la « différence », des transformations vécues tout au long d’une vie m’interpellent entre autres…

Et l’Amour forcément avec toutes ses déclinaisons…

Voilà c’est un élan, c’est un désir  de partager différemment encore plus qu’à travers livres et vidéos.

Je vous propose donc un premier rendez-vous le samedi 16 janvier 2016 en milieu d’après-midi, au coin du feu peut-être, on attendra pour la pergola.

Le lieu reste à définir mais peut se situer chez moi où chez l’un d’entre vous qui souhaiterait constituer un groupe dès maintenant.

Un autre rendez-vous courant mars est en cours de réflexion… nous pourrons fixer la date ensemble le 16 janvier.

Faites-moi part de votre préférence concernant le thème, parmi ceux proposés ici et dans le post précédent.

Vos retours sont précieux…

 

Traversez joyeusement ces jours prochains

Portez vous!

Camille

a-de-arman (2)

 

 

La Pyramide… lue par JL Bresson

Paris, lundi 2 décembre 2013,

Promenade dans les rues de Paris, de Montparnasse à Gare de l’Est, refaire le parcours que l’on connait par cœur et le redécouvrir pourtant à chaque pas.

Il fait beau, il fait froid, la ville se prépare entre décorations de vitrines de Noël et illuminations des rues.

Jean-Louis Bresson a lu récemment sur https://www.facebook.com/ici17 les premières phrases de ‘La Pyramide’, ce très beau texte édité en 1993 par Camille…

De l’Opéra Garnier en passant par le Pont des Arts et les Tuileries… voici quelques images volées au temps pour embrasser les mots. Chaque page est une révélation…

Belle journée

Sylvain

Cadeau d’anniversaire, juste pour vous…

Bonjour, il y a 4 ans, presque jour pour jour, un 1er article prenait vie sur cette page.

J’ai souhaité dresser un style de bilan, même si c’est pas vraiment ça, juste quelques réflexions sur le chemin parcouru, après quatre livres, et toutes les petites choses de la vie. Ça méritait une vidéo, n’est-ce pas?

C’est la première que nous mettons en ligne nous même, elle est toute chaude, pas arrangée, pas mixée, sans musique ni générique. Brute de décoffrage donc. Mais il y a l’essentiel et pour moi ça veut dire beaucoup, même si c’est un détail pour d’autres…

Voici le lien  http://www.dailymotion.com/video/x16l42i_camille-arman-29-oct-2013_webcam

Belle journée

Camille

La tête sur ton épaule.

Journée à Paris

Champs Elysées ensoleillés

Didier au sommet de sa forme (et de ses formes !) dans Plug and play, court métrage sans réserve hâtive.  Talent multiphasé.

Puis rencontre impromptue avec un p’tit gars monté de nos campagnes direct vers la maison du Danemark où il virevolte entre les touristes, plateau à bout de bras, comme un roi ! Comme quoi…

Descente vers les Tuileries, le Louvre, Palais Royal, l’occasion de revisiter le parcours de « La Pyramide » vingt ans après…Avec un arrêt chez Lutens, le Maître classe et austère dont le parfum est à damner les plus saintes….

Un journée comme il faut en vivre, une journée à croquer. La tête sur ton épaule.

A Roberts…

Dans « La Pyramide », j’écrivais ceci:

« Cierges brûlés, Eglise Saint Merri près de Beaubourg.
Un pour le bonheur, l’autre pour la réussite à l’examen.
Tu balises Paris des étapes de notre amour.
Et je suis prise au piège des souvenirs tressés par tes mains.

Hervé Guibert pour moi
Modiano pour toi
Nous sommes à l’image de nos deux « héros »
L’un luttant contre la mort
L’autre contre l’oubli. »

Roberts a édité Guibert, Philipe Claudel et Angot…

Rue Saint Merri

Le Père Lachaise

Père Lachaise, demi soleil. Ce genre de décor romantique qui nous correspond si bien.

Où nous pourrions mourir en toute sérénité.

Longue déambulation entre les pierres. Rien ne presse, hormis le désir que nous avons l’un de l’autre, qui raidit imperceptiblement notre allure, nous donnant l’apparence de deux revenants.

Tu me demandes ce que je ferais si tu réapparaissais dans un an sous une autre forme. Je ne peux raisonnablement répondre: Demain n’existe pas, seul aujourd’hui importe.

Je n’ai pas envie de penser au jour où tu ne seras pas.

Camille Arman La PyramidePère Lachaise