Regards et mercis en temps de crise

Samedi 28 mars 2020.

Le soleil éclate sur la place et dans les rues. A distance respective, des gens se saluent. Un signe de reconnaissance inconnu jusqu’alors se tatoue sur les fronts: « humanoïdes en survie osant affronter l’air ambiant ». Sourire timide, sourire nouveau. Des mines de gamins retrouvés sous des barbes et des colliers…

Des gamins qui pressent dans leurs poches leurs bons de sortie en se disant: « merde, ça on me l’aurait prédit, j’y aurais jamais cru! » Ces gamins se regardent enfin. Moins de portables dans les mains. Et c’est bien.

Car nous le sommes tous les jours, en survie, humanoïdes réassociés, lorsque nous prenons voitures, traversons la chaussée, descendons l’escalier de notre maison, ingurgitons des mixtures pas claires…

Tous les jours nous sommes En VIE, comment peut-on l’avoir si fort oublié?

P_20200328_123022_vHDR_On_HP

Fin de marché. Dans la belle Halle, on remballe….
Certains acheteurs ont dit: »Merci d’être là! » à des commerçants qui n’en revenaient pas!

Et si cette prise de conscience perdurait dans tous les actes de notre vie, ie, ie , ie, ie…?

Et si on s’y mettait tous pour de vrai pour une fois?

 

Portez-vous!

Camille

Au Marché…

 

halle de Marigny

On revient du marché de Marigny en Orxois. c’est un marché campagnard qui a lieu tous les derniers dimanches du mois. Il y a une halle, du miel, des pommes des poires, du cidre, du boudin blanc, de la carotte, que t’as jamais vu un tel copeau.

En route, tu goûtes un bout de pain d’épice, une miette de champ et de comté.. Elle est pas belle la vie ?

Y’a aussi beaucoup de vieux en couple, quelques quarantenaires mais pas trop. Des parisiens qui viennent au boué, mais des jeunots, pas la queue d’un….

« Mes enfants sont fatigués, ils veulent pas se déplacer, ils préfèrent regarder la télé… »

Eh faudrait se sortir des coussins, se bouger un peu le popotin à moins que tu veuilles passer ta vie en usinés, en calibrés hors sol, en aérosol, en sans odeur sans saveur. En fadeur..

Ah tiens, vlà le marchand de miel exquis !

On lui rafle cinq gros pots, histoire de tenir la quinzaine avec les marmottes qui hibernent pas sans douceurs.

« Les abeilles résistent pas à la maladie, elles crèvent » qu’il dit Maya, l’api… Il sait pas s’il sera encore là l’année prochaine… Oh eh, tu me remets cinq châtaigniers, on va pas pouvoir tenir l’hiver sinon à la maison !!

Et puis y’a un coléoptère qui vient d’Italie qu’est en train d’empoisonner les dernières avec ses excréments, non mais il se prend pour qui le coléo ?

Il est sombre Maya mais y sourit quand même…

 

Bon t’apprends des trucs pas gais, mais tu croises encore des sourires pas pressés.. Tu croises des connaissances qui te font la bise ici et pas ailleurs… Tu entends que la Germaine elle a toujours pas rencontré l’âme soeur, t’entends, tu regardes, tu humes ce parfum de truc que tu sens qu’il faut préserver…

T’as le papi qui te vante ces delicious, « celui-là il faut le garder! » s’émeut ma voisine de panier… On se gèle les meules mais il est si gentil, si d’un autre temps, si humain, si comme on est quand on est bien… Pourtant y doit pas  rouler sur l’or, mais… c’est peut-être aussi autre chose qui le fait se lever si tôt…. »Faut aller à côté, il le dit pas mais il est bio! « Oui, c’est le marchand de carottes pornos, il a pas le look bobo ni les étiquettes mordorées olé olé, mais les produits sont sains et beaux… Oui oui on y est allés juste avant!

On finit avec le pain dévoré avant le retour au foyer. On goûtera le reste sur la table, à l’instinct, une fois tout rentré dans la maison chaude-cheminée…

Un jour gris et triste illuminé, ça tient à peu de choses, alors….

Allez-y ! Et…

Ecoute s'il pleut

Au marché, dans les librairies, dans tout ce qui vit !!!

 

Belles fêtes à vous!!

 

Gardez-vous bien!

 

Camille

 

A de Arman